Douleur Angevine, Polar
Éditeur
Geste Éditions
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Douleur Angevine

Polar

Geste Éditions

Offres

  • AideEAN13 : 9791035304621
    • Fichier EPUB, avec Marquage en filigrane
    10.99

  • AideEAN13 : 9791035304621
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    10.99

Autre version disponible

**Michel et Charly sont codétenus, ils sympathisent rapidement et s'associent
avec un gang spécialisé dans le vol de camping-cars.**

Durant sa détention à la Maison d’arrêt d’Angers, Michel Brache gagne la
confiance de son codétenu : Charly Vahanian, membre du grand banditisme
rhodanien. Ce dernier lui propose alors une association avec un gang
spécialisé dans le vol des camping-cars. Le développement de la petite
entreprise angevine, à laquelle Brache a associé Jean-Marie Ménard, son vieux
complice, est tel qu’il faut bientôt songer à recruter. Ange Simonetti est
choisi pour les rejoindre. Ce dernier s’avère être un dangereux psychopathe…
Comment Brache et Ménard vont-ils se sortir d’une situation qu’ils ne
maîtrisent plus ?

**Quand un dangereux psychopathe du nom de Simonetti intègre la bande, tout
se complique rapidement pour les associés... Comment vont-ils s'en sortir ?
Plongez-vous dans ce polar pour suivre les mésaventures déroutantes de cette
petite entreprise angevine !**

EXTRAIT

Le patron du Bar des Plantes, un jeune, bien sur lui, au crâne rasé et à la
barbe de trois jours, une boucle de nez en or piquée dans la narine gauche, le
regarda d’un air intrigué. Nouveau venu à Angers, il n’était pas encore
habitué à cette clientèle hétéroclite qui ne passait dans son établissement
que parce qu’il se trouvait à proximité de la maison d’arrêt située en bordure
de l’îlot Savary, le plus petit mais aussi le plus dégradé des sept QPV
d’Angers.
Goguenard, Ménard le fixa à son tour.
— Va falloir faire avec, mon gars ! lui dit-il. T’auras souvent d’la graine de
voyou à poireauter dans ton rade5 en attendant qu’le copain sorte de placard6.
À vol d’oiseau, la prison est à cent mètres d’ici et aujourd’hui ils font un
lâcher d’taulards. M’étonnerait pas que d’autres clients comme moi viennent te
t’nir compagnie…
Sur ce il se leva et, se dirigeant vers la porte des toilettes, il reprit :
— Si pendant que j’vais m’soulager tu aperçois un gaillard avec des chouettes
moustaches grises, dis-lui de s’asseoir à ma table et d’passer commande. Et
pendant qu’t’es d’bout, sers-moi donc un aut’café, ça t’occupera !
Jean-Marie Ménard, « Doub-LePen » comme l’appelait parfois Michel, l’ami de
toujours, avec qui il avait fait les quatre cents coups, n’avait physiquement
rien de véritablement impressionnant si ce n’étaient son ventre et ses mains.
Ses mains surtout… Des paluches énormes, disproportionnées, puissantes aussi,
qui lui servaient pour frapper, enfoncer, dévisser, tordre, arracher ce qui,
pour d’autres, ne pouvait se réaliser qu’avec l’aide d’outils appropriés. Sans
profession déclarée, il n’en était pas moins un mécanicien hors pair et
passait le plus clair de son temps à démonter des moteurs de voitures pour les
remonter sur d’autres. Carrossier à ses heures perdues, peintre automobile à
l’occasion, Jean-Marie était capable de transformer une antique épave rouillée
en berline rutilante aussi facilement que la marraine de Cendrillon changeait
une pauvre citrouille cabossée en élégant carrosse doré.

À PROPOS DE L'AUTEUR

**Dominique Fournier** est né le 6 avril 1954 à Tours et vite aujourd’hui à
Gennes dans le Maine et Loire. C'est un ancien instituteur spécialisé auprès
d’adolescents en difficulté.

S'identifier pour envoyer des commentaires.