Un garçon pétillant mais qui bulle trop, Roman jeunesse
Éditeur
Publishroom
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Un garçon pétillant mais qui bulle trop

Roman jeunesse

Publishroom

Offres

  • AideEAN13 : 9791023612349
    • Fichier EPUB, avec Marquage en filigrane
    3.99

**Suivez les drôles d'aventures de Maxence, un garçon malicieux qui entre en
sixième année au collège !**

À travers le récit humoristique de ses péripéties scolaires mais aussi extra-
scolaires, Maxence, un garçon espiègle, nous fait vivre son année de sixième
au collège des Patons. Tout en partageant ses réflexions empreintes d’humour
sur son environnement, ce cadet d’une famille de quatre enfants détaille ses
facéties en famille comme aux côtés de ses fidèles camarades de classe. À
travers l’esprit vif de ce jeune garçon, et au rythme de l’avancement de
l’année scolaire, le lecteur découvre de nombreuses situations dont
l’inévitable rentrée en sixième, l’arrivée décalée de la jeune fille au pair,
les sorties scolaires et voyages de classe épiques, la réception tant redoutée
des bulletins de notes, l’apprentissage maladroit des nouvelles technologies
ou encore la célèbre fête de l’école. Au fil des pages, la paresse flagrante
de Maxence, qu’il justifie pudiquement par une « économie de l’effort »,
laissera tout de même place, avec succès et toujours autant de bonne humeur, à
davantage de travail !

**Suivez pas à pas les différentes étapes de l'année scolaire remplie de
surprises de Maxence, un enfant quelque peu paresseux mais d'un optimisme
redoutable !**

EXTRAIT

Nos parents sont assez fiers de nous : il paraît que nous sommes bien élevés.
C’est censé être gentil pour nous, mais c’est surtout eux qui en ont le
mérite. Donc moi ça ne me fait pas plus plaisir que cela. J’aurais préféré
qu’ils nous disent « polis », au moins ce ne serait pas une question
d’éducation, mais de qualités personnelles. De plus, après vérification dans
le dictionnaire : pour être poli (comme une pierre polie), il faut beaucoup de
temps. Ce serait donc normal que je ne sois pas parfaitement poli, vu mon très
jeune âge, mais que je le devienne à un âge nettement plus avancé ! Il paraît
aussi qu’on « s’entend bien ». Pas seulement parce que nous vivons dans un
petit appartement dans lequel on entend les cris depuis toutes les pièces,
mais surtout parce que nous avons l’habitude de jouer gentiment ensemble. «
Une bien jolie famille ! » dit notre boucher toujours frappé par nos
ressemblances : les enfants entre eux, maman et nous, papa et nous. Mais
Ophélie insiste invariablement : pour elle papa et maman font exception, car
ils ne se ressemblent pas du tout. Avec Colombe nous essayons de lui expliquer
que c’est normal, car ils n’étaient pas de la même famille au départ. Mais
elle a du mal à le comprendre d’autant plus que maman avait eu le malheur de
clamer par le passé : « qui se ressemble s’assemble ». Depuis ce jour, Ophélie
pense que maris et femmes se ressemblent toujours.

À PROPOS DE L'AUTEUR

**Édouard Camblain** \- Maxence des Patons a entamé sa carrière littéraire à
l’âge de cinq ans, en enrichissant les rideaux de sa chambre de quelques
lettres. Il ne rencontre alors pas le succès escompté et, faute de
reconnaissance, décidera des années plus tard de prendre sa revanche en
signant ce roman. Globe-trotter à sa façon, il partage son temps entre La
Défense, quartier des affaires où il travaille et Paris, quartier des affaires
de classe de ses trois enfants.

S'identifier pour envoyer des commentaires.