Les mobiles de Marcel Proust, Une sémantique du déplacement
Éditeur
Presses Universitaires du Septentrion
Date de publication
Collection
Perspectives
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Les mobiles de Marcel Proust

Une sémantique du déplacement

Presses Universitaires du Septentrion

Perspectives

Offres

  • AideEAN13 : 9782757422199
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    20.99

Autre version disponible

« Toute l’œuvre proustienne est pleine de ces déplacements ; ils y tiennent
une place au moins aussi importante que les souvenirs », écrivait Georges
Poulet dans l’Espace proustien. Cet ouvrage se propose de faire des “mobiles”,
les instruments du déplacement symptomatique, le point de départ d’une
approche et d’une vision originales. Présenter une sorte de “revue” inédite,
de “défilé” dans la rue - loin des salons - des personnages principaux de la
Recherche... en calèche, Victoria, landau, chaise de poste, coupé, bicyclette,
automobile... Se replacer, pour cela, dans le contexte de la Belle Epoque et
de son atmosphère, poser par exemple sur Albertine, la cycliste de Balbec, le
regard des polémistes, Sarah Bernhardt, Stéphane Mallarmé... Stigmatiser à
travers ces métaphores sexuelles ou sociales toute une société en marche dans
une double direction : l’homosexualité ou le déclassement, deux déclinaisons
d’un renversement. Appréhender un art nouveau (autre forme de renversement) :
celui d’une métamorphose continuelle engendrée, dans tous les domaines, par la
fusion des genres, des images et des sons, prodigieusement créatrice, que le
déplacement a activée (« les voitures aussi sont des Renoir »). Revivre
chacune des grandes rencontres du héros-narrateur ; accompagner le « voyageur
voilé » dans ses déplacements, révélations et émotions. Approcher ainsi la
genèse de l’écriture de la Recherche du temps perdu de manière dynamique, en
direct, en soulignant son ancrage dans une réalité mouvante. Prendre le parti
de « l’Âge des choses » (un des trois titres que Proust en 1913 encore,
envisageait de donner à l’un des trois volumes de la Recherche) pour, à
l’instar du narrateur avec des choses humbles, accéder à une écriture, un
style, une révélation, un plaisir aussi. Chemin faisant, intercepter,
kaléidoscopique, l’histoire de la Recherche, de Combray aux grandes avenues
parisiennes (côté Swann, côté Guermantes), de Balbec à Montjouvain (côté
Sodome et Gomorrhe), et deviner, sous-jacente la vie vécue de son auteur.

S'identifier pour envoyer des commentaires.