Politique des limites, limites de la politique, La place du droit dans la pensée de Hannah Arendt
Éditeur
Editions de l'Université de Bruxelles
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Politique des limites, limites de la politique

La place du droit dans la pensée de Hannah Arendt

Editions de l'Université de Bruxelles

Offres

  • AideEAN13 : 9782800416991
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    12.99

  • AideEAN13 : 9782800416991
    • Fichier EPUB, avec Marquage en filigrane
    12.99

Autre version disponible

**La philosophie du droit d'Hannah Arendt, trop souvent mise de côté, est
remise à jour par Vincent Lefebve.**

En forçant un peu le trait, tout se passe comme si les abondantes lectures
politiques et morales suscitées par l’oeuvre de Hannah Arendt avaient conspiré
à masquer sa philosophie du droit. Cet ouvrage s’efforce de rectifier une
telle perspective, bien ancrée tant chez les spécialistes de la pensée
politique que dans le grand public, en invitant le lecteur à cheminer à
travers cette oeuvre exigeante afin d’y découvrir une réflexion sur le droit
originale.

**Cet ouvrage de philosophie revisite la pensée originale de la politologue,
philosophe et journaliste allemande Hannah Arendt.**

EXTRAIT

Par contraste, on ne peut pas dire que la philosophe soit généralement
reconnue pour avoir élaboré une pensée du droit. Il a fallu attendre bien
longtemps avant que les premières publications allant dans cette direction
voient le jour. De telles initiatives restent malgré tout assez isolées et
elles sont quasiment absentes de la littérature secondaire en langue
française5. Nous proposons ici non seulement de montrer qu’une telle pensée du
droit existe bel et bien chez Arendt, qu’elle traverse l’œuvre de part en
part, mais aussi qu’elle constitue l’une des meilleures clés interprétatives
de cette philosophie politique déroutante, peu préoccupée de systématicité.
Pourquoi cette pensée politique du droit, comme nous l’appellerons dans les
pages qui vont suivre, a-t-elle longtemps reçu aussi peu d’attention ? Il est
vrai qu’on cherchera en vain, chez Arendt, une philosophie du droit qui soit
explicitement formulée en tant que telle. Alors que la question de l’essence,
question socratique par excellence, constitue l’une des marques distinctives
de l’investigation philosophique telle qu’Arendt la conçoit (nous trouvons
dans son œuvre des textes importants qui s’intitulent : « Qu’est-ce que la
liberté ? », « Qu’est-ce que l’autorité ? », etc.), la philosophe ne s’est
jamais saisie de la question : « qu’est-ce que le droit ? ». Un tel constat
est toutefois trompeur. Une lecture attentive permet en effet de mettre en
lumière la présence, dans l’œuvre arendtienne, des thèmes du droit, des droits
de l’homme, de la Constitution, de la loi, du contrat, de la justice, etc..

CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE

Cet ouvrage est une excellente synthèse de l’ensemble des réflexions
arendtiennes où le droit est convoqué. L’analyse de l’œuvre de Hannah Arendt
sous l’angle du droit en renouvelle profondément la lecture et s’avère d’une
grande fécondité. Vincent Lefebve montre, avec beaucoup de talent, comment
cette œuvre est tout entière traversée par une interrogation dense et très
féconde sur les rapports entre droit et politique, le droit s’imposant comme
un facteur de stabilisation et de création d’un espace public où la pluralité
humaine peut agir politiquement. Cet ouvrage montre également l’actualité de
la pensée arendtienne face aux problématiques juridiques contemporaines [...]
tout en rappelant les dangers auxquels les hommes doivent faire face en leur
qualité d’êtres politiques. - **Sophie Schulze, Centre de philosophie
juridique et politique, _Droit et Société_**

L’originalité de l’ouvrage de Vincent Lefebve est de mettre au jour un aspect
largement méconnu de la pensée de Hannah Arendt, sa philosophie du droit, qui
ne se présente pas de façon explicite. - **Katia Genel, Université Paris
1-Panthéon Sorbonne, _Revue française de science politique_**

À PROPOS DE L'AUTEUR

**Vincent Lefebve** est chargé de recherches du FNRS, maître d’enseignement
en droit à l’Université libre de Bruxelles et membre du Centre de droit public
et du Centre de droit international.

S'identifier pour envoyer des commentaires.