Les Églises d'étrangers en pays rhénans (1538-1564)

Offres

  • AideEAN13 : 9791036516481
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    9.99

Autre version disponible

« Si Strasbourg jouit d'une réputation glorieuse entre toutes les autres villes dans la chrétienté entière, elle ne l'a pas obtenue parce qu'elle s'est déclarée jadis pour la Confession d'Augsbourg — un grand nombre d'autres cités en ont fait de même — mais elle le doit à l'hospitalité et à la protection qu'elle a accordées à ces malheureux chrétiens, sans distinction de nationalité, persécutés pour leur foi. Elle les a arrachés aux mains sanguinaires des tyrans, et leur a permis de puiser des consolations et des forces dans la Parole de Dieu lue et prêchée dans leur langue : voilà les vrais titres de gloire de notre ville. » Quand Paul Hochfelder, le secrétaire de la ville, prononça ce discours le 14 juin 1577, il y avait déjà quatorze ans que l'Église française de Strasbourg avait été fermée sur ordre du Magistrat. La politique d'accueil sans restriction des réfugiés, dont Hochfelder faisait l'éloge pour obtenir la réouverture de l...

S'identifier pour envoyer des commentaires.