L'état de la liberté intellectuelle en Afrique 1995
Éditeur
Coédition NENA/CODESRIA
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

L'état de la liberté intellectuelle en Afrique 1995

Coédition NENA/CODESRIA

Offres

  • AideEAN13 : 9782869788756
    • Fichier PDF, avec Marquage en filigrane
    6.99

Ce rapport est le résultat à la lois de l'activité qui consiste à surveiller
la liberté de 1'enseignement et des réflexions au sein du CODESRIA (et des
auteurs),sur les questions relatives à l'enseignement supérieur, à
l'environnement de la recherche, à l'administration de l'Université et aux
droits humains en Afrique. L'objectif n 'est pas seulement de présenter de
longues listes de cas bien documentés sur les violations de la liberté
intellectuelle, mais aussi d'englober la dynamique et les processus socio-
politiques dans lesquels les chercheurs travaillent, et de donner un aperçu
des causes premières des violations de la liberté intellectuelle. Les auteurs
des articles de ce volume présentent une évaluation des conditions dans
lesquelles l'activité intellectuelle est menée sur le continent. Ils mesurent
l'impact des crises économiques sur la liberté intellectuelle, ils évaluent
les processus socio-politiques étant donné qu'ils touchent les communautés
universitaires, et dans quelques cas, ils retracent pratiquement les
trajectoires des diverses communautés scientifiques. Ils soulignent les
difficultés que les universitaires rencontrent dans leurs tentatives de lire
et d'interpréter le monde selon une optique africaine, aussi bien que les
diverses contraintes que les universités africaines affrontent dans
l'accomplissement de l'une de leurs principales missions que certains
définissent comme étant "de produire une nouvelle connaissance et de
reproduire les producteurs de connaissance" (Gulbenkian Commission 1995:7 la
Commission Gulbenkian 1995:7). On indique aussi les développements positifs
envers une protection accrue de la liberté intellectuelle quand ils existent.

S'identifier pour envoyer des commentaires.