Corps saccagés, Une histoire des violences corporelles du siècle des Lumières à nos jours
Éditeur
Presses universitaires de Rennes
Date de publication
Collection
Histoire
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Corps saccagés

Une histoire des violences corporelles du siècle des Lumières à nos jours

Presses universitaires de Rennes

Histoire

Offres

  • AideEAN13 : 9782753566606
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    9.49

Autre version disponible

Le corps malmené, violenté, brutalisé a fait l’objet, pour la période moderne
et contemporaine, d’un certain nombre de travaux remarquables, mais souvent
épars. L’étude des « corps saccagés », vivants ou morts, pose la question
d’une « cruauté résiduelle » et celle du transfert de la violence concrète
vers l’imaginaire. Mais faire l’inventaire des corps dégradés, lacérés ou
encore démembrés s’avère sans doute une entreprise démesurée. Il reste
toutefois possible de multiplier les approches et de s’attacher aussi bien à
décrire les corps brutalisés, qu’à s’interroger sur les logiques du passage à
l’acte ou à analyser la « réception » des violences corporelles. Dans le même
temps s’élabore une science des « indices », étudiant les plaies et les traces
sanguinolentes, tentant d’expliquer les crimes particulièrement horribles. À
leur tour, des artistes se mettent à la recherche de la matérialité du corps,
quitte à s’attacher plus particulièrement « à cette charogne des corps
morcelés enfouie en chacun de nous ». Le crime individuel comme le massacre,
les violences sexuelles à l’intérieur de la famille ou l’instrumentalisation
des violences corporelles donnent au « corps saccagé » une actualité sans
cesse renouvelée. Du corps des enfants violentés aux corps malmenés des
soldats, il s’agit de varier les échelles d’analyse et d’examiner aussi bien
les brutalités individuelles que les drames collectifs. Les usages du corps
renseignent sur la volonté de savoir ce qui s’est passé ; ils informent sur
les pratiques inavouables à l’encontre des corps vivants ou morts ; ils
fixent, selon les époques, les formes de violences corporelles jugées
inacceptables.

S'identifier pour envoyer des commentaires.