Un service de click & collect du lundi au samedi, de 10h à 17h, est possible à la librairie Dialogues, entrée rue Louis Pasteur.

Bonaparte comme Précurseur, Rapport sur la banalité du mâle
EAN13
9782369450771
ISBN
978-2-36945-077-1
Éditeur
Éditions Dialogues
Date de publication
Collection
Nouvelles ouvertures
Nombre de pages
200
Dimensions
21 x 13 x 2 cm
Poids
365 g
Fiches UNIMARC
S'identifier

Bonaparte comme Précurseur

Rapport sur la banalité du mâle

De

Éditions Dialogues

Nouvelles ouvertures

Offres

Rapprocher Napoléon des grands dictateurs du XX* siècle est inacceptable pour la quasi unanimité de l'historiographie à la française. Bonaparte comme Précurseur a été écrit pour perturber ce consensus. Car bien des éléments de sa politique la rapprochent de celles que les totalitarismes ont pratiquées après lui, centrisme par addition des extrêmes, politique religieuse, référence impériale romaine...
Il est inacceptable de rapprocher Napoléon des grands dictateurs totalitaires du XXème siècle, et en particulier de Hitler : telle est la conviction quasi unanime de l'historiographie, tout spécialement à la française. Autant le dire d'emblée, Bonaparte comme Précurseur a été écrit pour perturber ce consensus. Car on a beau s'acharner à ne pas vouloir le voir, il reste qu'à l'époque contemporaine, c'est Napoléon qui a inventé le centrisme par addition des extrêmes, que les totalitarismes ont retrouvé après lui ; qu'il a été le premier à revendiquer la référence impériale romaine, qu'ils ont ensuite tous plus ou moins reprise ; que des éléments décisifs de sa politrique religieuse la rapprochent de celles de Musssolini et de Hitler ; que bien des aspects du second empire méritent aussi d'être pensés sous cet angle ; qu'à ces différents dossiers, il faut encore ajouter tout ce que peut toujours avoir à nous dire sur ce thème l'oeuvre de Karl Marx, une fois décrassée de sa vieille boue léniniste.
Bref : cette question méritait qu'on la reprenne.

S'identifier pour envoyer des commentaires.

Bonaparte comme précurseur, Rapport sur la banalité du mâle, Éd. Dialogues
Avec Fabrice Bouthillon
Le , Café de la librairie Dialogues

L’absence d’un parti bonapartiste est peut-être ce qui distingue le plus les deux régimes napoléoniens des trois principaux totalitarismes européens ultérieurs. Pas la moindre trace de racisme non plus chez les Napoléon, ni volonté d’exterminer une classe sociale. Cependant par bien des traits ils les ont précédés. Bonaparte est l’inventeur, aux temps modernes, du régime plébiscitaire. C’est à lui qu’on doit aussi le centrisme du pouvoir totalitaire.

C’est lui qui met en place l’énorme et ingénieuse machinerie d’État sur laquelle repose son pouvoir absolu. Lui encore qui anéantit les échelons intermédiaires entre la masse du peuple et l’État. C’est Bonaparte toujours qui inaugure la politique religieuse qu’après lui suivront Mussolini et Hitler. Incontestablement il annonce les dictateurs à venir.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Fabrice Bouthillon