Albert Camus et les écritures du XXe siècle
Éditeur
Artois Presses Université
Date de publication
Collection
Études littéraires
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Albert Camus et les écritures du XXe siècle

Artois Presses Université

Études littéraires

Offres

  • AideEAN13 : 9782848323725
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    5.99

Autre version disponible

Jacqueline Lévi-Valensi note que le colloque dont ce volume est la mémoire,
Camus et les écritures du xxe siècle, est à la fois continuité et ouverture. «
Continuité, parce qu’il se situe dans le prolongement des travaux menés depuis
le Colloque de Cerisy-la-Salle qui, en 1982, était le premier à se tenir en
France et a vu naître la Société des études camusiennes » ; continuité aussi
par l’origine, l’âge et la diversité des intervenants. Ouverture parce que «
les oeuvres de Camus sont ici abordées dans leur relation à l’autre, au
Maghreb, en particulier, mais également à d’autres mondes européens, à
d’autres continents, à d’autres écrivains, à d’autres écritures, sous le
signe, bien camusien, du dialogue. C’est peut-être pourquoi son oeuvre est à
la fois singulière et universelle, classique et pourtant si moderne, tenant un
“langage clair” et gardant ses énigmes, née “dans la chair et la chaleur des
jours” et porteuse d’une véritable mythologie, qui nous parle, simultanément
de la tragédie de la vie et du bonheur de vivre, qui nous apprend
l’émerveillement et la lucidité. Une oeuvre ancrée dans les fureurs de son
temps, et qui reste d’une étonnante actualité ». Proposant de mettre cette
trentaine de contributions sous l’éclairage du double pouvoir de l’écriture,
sur l’écrivain et sur ses lecteurs, elle conclut : « Camus ne cesse de nous
dire qu’il y a en l’homme quelque chose qui échappe aux violences de
l’histoire et qui refuse de mourir, et que ce sont les artistes qui témoignent
de cette part irréductible. Peut-être pouvons-nous alors placer ce dialogue
entre les œuvres sous l’égide d’une phrase qui résume le bonheur grave de la
création : Écrire, ma joie profonde ».

S'identifier pour envoyer des commentaires.