La Comtesse de Ségur ou le bonheur immobile
Éditeur
Artois Presses Université
Date de publication
Collection
Études littéraires
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

La Comtesse de Ségur ou le bonheur immobile

Artois Presses Université

Études littéraires

Offres

  • AideEAN13 : 9782848323749
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    5.99

Francis Marcoin, professeur de Littérature française à l’Université d’Artois,
dirige un centre de recherches qui, dans le cadre d’une réflexion sur les
rapports entre Littérature et Morale, Littérature et Pensée, Imaginaire et
Didactique, a choisi de mettre l’accent sur l’enfance, l’éducation, la
littérature enfantine. La comtesse de Ségur est ici resituée dans le contexte
de l’édition spécialisée du xixe siècle, dans un environnement thématique et
moral qui n’exclut pas une originalité profonde et paradoxale. En effet,
plusieurs principes élémentaires semblent gouverner son oeuvre : le féminin,
le religieux, l’aristocratique. Mais ces principes sont toujours illustrés
d’une manière équivoque. La comtesse de Ségur résiste donc aux analyses de
contenu, et son « message », quelquefois énigmatique, s’oppose même aux
engagements officiels de son entourage ultramontaniste. L’ancrage
aristocratique est toujours perturbé, mêlé à des valeurs « bourgeoises »,
tandis que certains textes manifestent une attirance pour la pauvreté,
pauvreté de biens ou d’esprit. Cette complexité, qui requiert une sorte
d’humilité de la part du lecteur le plus savant, permet de comprendre pourquoi
ces livres, ne s’adressant pas aux enfants d’une classe particulière,
conservent aujourd’hui leur puissance d’attraction, et pourquoi, ils n’ont
cessé de susciter un intérêt critique. Au-delà de ce cas particulier, il
s’agit donc de poser des questions qui touchent à la lecture littéraire, et à
l’excès d’interprétation qui caractérise quelquefois notre modernité. En dépit
de son statut inférieur, ou bien plutôt grâce à celui-ci, la littérature
enfantine favorise un tel questionnement qui ne peut manquer de s’appliquer à
toute la Littérature.

S'identifier pour envoyer des commentaires.