Les tiges de mil et les pattes du héron, Lire et traduire les poesies 2
Éditeur
CNRS Éditions via OpenEdition
Date de publication
Collection
Littérature
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Les tiges de mil et les pattes du héron

Lire et traduire les poesies 2

CNRS Éditions via OpenEdition

Littérature

Offres

  • AideEAN13 : 9782271130006
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    14.99

Autre version disponible

Comment traduire le poème oriental ? Comment transposer les profondeurs de la
psyché humaine exprimées dans des langues, des formes, une pensée même, qui
n’ont rien d’équivalent avec celles du français ? Selon quels critères ? Les
auteurs de cet ouvrage répondent à ces interrogations en distinguant les
éléments qui font la valeur esthétique de l’original. Pour eux, le traducteur
recourt d’abord à l’analyse des jeux de composition, des modalités
d’expression, des formes et des images qui jouent un rôle-clé dans l’univers
de signification de l’original. Ayant acquis une connaissance intime du texte,
il peut alors établir une relation cohérente entre le système de composition
du poème et celui qui constitue le fond stylistique de la littérature de
référence. Ces modèles, fort éloignés des théories littéraires que l’on
connaît en Occident, constituent le « fonds » de l’imagination créatrice qu’il
va mettre au service de la traduction. En essayant de mettre en relation deux
modèles stylistiques, deux contextes linguistiques, culturels et langagiers,
voire deux univers civilisationnels, le traducteur peut espérer satisfaire au
goût esthétique du lecteur et lui donner à voir, à sentir et à aimer, à
travers la traduction, les beautés du poème original, sa poésie. Second volet
d’une recherche menée au sein du Réseau Asie « Lire et traduire les poésies
orientales » (2005-2012), ce volume continue l’exploration du thème de
l’amour, base anthropologique commune des œuvres étudiées ; le champ d’études
se limite aux poésies prémodernes de l’Asie orientale (chinois, coréen,
japonais, vietnamien), de l’Inde (avhadi, kannada, sanskrit, ourdou, télougou)
et de la Perse ; les travaux se développent à travers une discussion entre des
praticiens de la traduction et des spécialistes du langage.

S'identifier pour envoyer des commentaires.