L’inspiration scripturaire dans le théâtre et la poésie de Paul Claudel, Les œuvres de la maturité
Éditeur
Presses universitaires de Franche-Comté
Date de publication
Collection
Annales littéraires
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

L’inspiration scripturaire dans le théâtre et la poésie de Paul Claudel

Les œuvres de la maturité

Presses universitaires de Franche-Comté

Annales littéraires

Offres

  • AideEAN13 : 9782848676937
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    8.99

Autre version disponible

Des années troublées de Partage de midi à l'apaisement du Soulier de Satin, du drame personnel à la création d'un théâtre à l'état naissant, puis d'un théâtre total, la lecture de la Bible apparaît d'abord comme une tentative de voir clair en soi, de sonder l'incohérence d'un moi livré à une double passion, charnelle et mystique. Claudel cherche le sens de sa confrontation avec l'innocence de Dieu et le désir de la femme. Il interroge ensuite les Écritures pour découvrir un sens à sa vie, pour se convaincre que les souffrances de l'amant et les échecs du diplomate, tant en Europe qu'en Chine, étaient nécessaires pour faire de lui le créateur d'un univers de l'imaginaire. Il interroge aussi la stérilité et les contradictions de son époque qui a vu, à partir des enthousiasmes révolutionnaires, le triomphe de l'affairisme et l'humiliation du spirituel, lorsque le Turelure conquérant de L'Otage s'est mué en un vieillard rapace sans pitié pour les siens, acculant au meurtre du père son fils qui détruira une autre image de la paternité en la personne du pape. Et ainsi, ce qu'il nous offre n'est rien moins qu'une réécriture de la Bible, une Bible du 20e siècle. L'imprégnation est telle que le référent scripturaire naît sous sa plume, si fondu dans son texte qu'il n'en semble pas conscient. Il fait siens les schémas bibliques et liturgiques qui donnent à Tête d'Or son élan dramatique, fournissent aux Odes le canevas d'une création consciente et savante, offrent aux oratorios le patron à partir duquel le scénario se construit. Son œuvre en devient, comme l'Ancien Testament, un dialogue entre Dieu et son élu, où les autres ne sont pas oubliés et comme les Évangiles, le récit d'une vocation de salut où la victoire naît de l'échec et la vie de la mort.

S'identifier pour envoyer des commentaires.