L’aventure baroque chez Claudel et Caldéron
Éditeur
Presses universitaires de Franche-Comté
Date de publication
Collection
Annales littéraires
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

L’aventure baroque chez Claudel et Caldéron

Presses universitaires de Franche-Comté

Annales littéraires

Offres

  • AideEAN13 : 9782848677033
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    3.99

Autre version disponible

Claudel et Calderón, deux grands poètes chrétiens, deux croyants. Lequel est-
il le plus primitif, lequel le plus moderne ? L’étude proposée confronte deux
écrivains, baroques tous deux. L’un appartient au siècle d’or espagnol,
l’autre à la modernité. Chez l’un et chez l’autre, le paradis est le
commencement et la fin de l’Histoire. "Alpha et omega". Et tous deux sont en
quête du chemin qui y retourne. Toute l’histoire humaine devient la mise en
scène d’un itinéraire, pénible pour Calderón, enthousiasmant pour Claudel, de
l’innocence ignorante à l’innocence qui sait. Tous deux conçoivent la poésie
et comme art de réminiscence et comme art prophétique. Or, selon la belle
parole d’Eugenio d’Ors "tout art de réminiscence ou de prophétie est toujours
plus ou moins baroque". Œuvres habitées par la nostalgie du Paradis Perdu,
œuvres donc, par essence, profondément baroques. Chez Claudel, l’expression
baroque se pressent, joyeuse et exubérante, comme une récompense, vision liée
très certainement à l’inouïe vitalité du poète et à son optimisme foncier.
Pour Calderón, bien plus pessimiste, le baroque est une longue patience,
tourmentée et trouble comme le vin de Dionysos. Ainsi Claudel, le moderne
devient le primitif tandis que l’ancien, Calderón épanche sur nous sa douceur
terriblement désabusée.

S'identifier pour envoyer des commentaires.