Paul Natorp et la théorie platonicienne des Idées
Éditeur
Presses Universitaires du Septentrion
Date de publication
Collection
Opuscules
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Paul Natorp et la théorie platonicienne des Idées

Presses Universitaires du Septentrion

Opuscules

Offres

  • AideEAN13 : 9782757426845
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    10.99

Autre version disponible

Cette étude porte sur la Platos Ideenlehre, la grande monographie que Natorp –
l’un des principaux représentants avec H. Cohen et E. Cassirer de l’École de
Marbourg – consacra en 1903 à Platon. Toute la difficulté (et tout l’intérêt)
de cette monographie tient à l’ambiguïté de la stratégie interprétative
adoptée par son auteur : la théorie des Idées est certes conçue comme
l’origine historique de la méthode transcendantale établie par Kant dans la
première Critique, mais la lecture que Natorp propose du texte platonicien est
surtout pour lui l’occasion d’élaborer une conception originale de l’idéalisme
critique qui se démarque sur certains points fondamentaux de la lettre
kantienne. En ce sens, la lecture des Dialogues consiste moins à repérer les
prémisses d’une doctrine constituée en dehors d’eux qu’à résoudre les deux
problèmes majeurs de tout idéalisme véritable. Premièrement, comment concevoir
l’articulation entre la discursivité logique et la réceptivité sensible sans
mettre cette dernière au compte d’une faculté radicalement étrangère à la
pensée ? Platon est précisément aux yeux de Natorp celui qui s’efforce de
comprendre « la nature étrangère à la forme » non comme une altérité absolue,
un datum extra-logique, mais comme l’autre qui est propre à la pensée.
Deuxièmement, que signifie « être » pour l’Idée ? Platon a clairement reconnu
selon Natorp l’impossibilité de concevoir cet être comme une existence donnée
: la pensée comme procès dialectique est au contraire originaire et l’Idée
comme hypothèse ou position discrète ne reçoit de consistance qu’au sein de la
continuité pure du dialegesthai.

S'identifier pour envoyer des commentaires.