Chanson bretonne suivi de L'enfant et la guerre
Éditeur
Gallimard
Date de publication
Collection
Blanche
Langue
français
Langue d'origine
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Chanson bretonne suivi de L'enfant et la guerre

Gallimard

Blanche

Offres

  • AideEAN13 : 9782072895012
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    11.99

  • AideEAN13 : 9782072895029
    • Fichier PDF, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    11.99

Autre version disponible

Ce livre évoque des souvenirs de séjours réguliers que Le Clézio a passés dans
la ville de Sainte Marine, à l’embouchure du fleuve Odet, dans le Finistère,
lors de son enfance entre 1948 et 1954. Bien que l’auteur se défende de
respecter une chronologie, le texte poursuit néanmoins l’ordre de la mémoire,
allant de l’enfance vers la maturité. Le lieu de Sainte Marine est placé sous
le signe de la mère. La Bretagne, et particulièrement le pays bigouden, que
Simone Le Clézio aimait par dessus tout, ce pays où elle a reçu la demande en
mariage de son père, ou elle a accouché de son frère et où elle est revenue se
réfugier trois mois après la naissance de l’auteur à Nice, à cause de la
seconde guerre mondiale. Au fil des chapitres, qui sont présentés comme des «
chansons », le narrateur fait revivre une époque où Sainte Marine n’avait pas
encore été arraisonnée par les boutiques, les carrefours giratoires, ni les
bistrots en tout genre… À travers ces « chansons », l’auteur propose un vrai
récit sur son enfance en Bretagne, qui s’enrichit également d’une réflexion
plus large sur les changements de la géographie bretonne. Malgré son dépit
face à ces bouleversements, Le Clézio ne cultive pas le goût de la nostalgie,
car pour l’auteur « la nostalgie n’est pas un sentiment honorable ». Son
intention est plutôt de rendre compte de la magie ancienne dont il fut le
témoin, par les mots empruntés à la langue bretonne et les motifs d’une nature
magnifique. Le texte est bercé par une douceur pastorale, qui fait vibrer les
images des moissons en été, la chaleur des fêtes de nuit à Sainte Marine ou la
beauté simple d’un verger en fleur – autant une ode à la campagne éternelle
que la réminiscence de souvenirs intimes.

S'identifier pour envoyer des commentaires.