Études
Éditeur
Gallimard
Date de publication
Collection
Les Cahiers de la NRF - André Gide
Langue
français
Langue d'origine
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Offres

  • AideEAN13 : 9782072081996
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    27.99

  • AideEAN13 : 9782072082009
    • Fichier PDF, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    27.99

Autre version disponible

Ce n'est pas un hasard si la critique de Jacques Rivière porte aussi bien sur
des peintres que sur des musiciens ou des écrivains. Sa pensée se meut à
l'aise dans un univers peuplé de formes, de couleurs et de sons, et adopte
tout naturellement un caractère sensuel. 'Chaque poème est le doux corps
précis d'un sentiment unique'... 'les lignes parfaites d'Ingres entourent le
corps ainsi qu'un bras'... 'son amour est si violent, écrit-il de Cézanne,
qu'il tremble de respect'. Mais Rivière va plus loin, il reconstitue la
démarche du poète, le geste du peintre, la sensation du musicien, qu'il semble
approcher de ses yeux pour mieux en décrire avec minutie les moindres détails.
Si Rivière s'était repenti en 1924 d'avoir 'introduit les mœurs de l'amour
dans la critique', il priait toutefois son lecteur d'avoir 'la gentillesse de
[lui] en faire tout de même un mérite.' D'autant que ses 'idoles' ne lui
paraissaient pas, douze ans plus tard, trop mal choisies, ni son Panthéon trop
'démodé'. De ce 'poème critique', selon l'expression de Saint-John Perse,
Rivière passera insensiblement au débat d'idées où va se manifester plus
nettement son autorité de directeur de revue.

S'identifier pour envoyer des commentaires.