Approche philosophique du geste dansé, De l’improvisation à la performance
Éditeur
Presses Universitaires du Septentrion
Date de publication
Collection
Esthétique et sciences des arts
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Approche philosophique du geste dansé

De l’improvisation à la performance

Presses Universitaires du Septentrion

Esthétique et sciences des arts

Offres

  • AideEAN13 : 9782757427002
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    11.99

Autre version disponible

La danse, devenue art autonome au tournant du xxe siècle, confronte la pensée
esthétique à ses propres limites ; elle remet en question le rapport moderne
qui lie l’art et ses genres, et la prédominance du modèle de l’œuvre pour
penser l’expérience artistique. La danse serait-elle le paradigme esthétique
du xxe siècle, c’est-à-dire la voie incontournable pour accéder aux problèmes
philosophiques que pose l’art dans son évolution ? L’émergence de la danse
contemporaine est directement liée à la conquête d’un geste libre. Le geste
dansé s’affranchit des formes conventionnelles qui s’imposaient à lui et le
réglaient auparavant dans la tradition du ballet classique. L’improvisation
est un moment crucial dans cette mutation, dans la mesure où elle n’est plus
seulement une variation sur des schémas préexistants mais trouve désormais une
valeur constituante. Le geste semble procéder de lui-même, ne provenir de
rien, dans une sorte de miracle qu’il faut interroger. Le présent livre
questionne la danse, sous sa forme contemporaine, dans une perspective non
dogmatique. Il ne s’agit pas d’appliquer à la danse des catégories toutes
faites et forgées en dehors d’elle, mais de construire les modalités d’un
questionnement ancré sur les formes multiples et concrètes de son devenir. Le
parcours théorique, qui réunit philosophes et artistes, envisage le geste
dansé sous l’angle de son effectuation, de son expressivité, et de son rapport
conflictuel à l’œuvre chorégraphique comme fixation paradoxale de l’éphémère.

S'identifier pour envoyer des commentaires.