Le royaume oublié, Roman
Éditeur
Phénix d'Azur éditions
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Le royaume oublié

Roman

Phénix d'Azur éditions

Offres

  • AideEAN13 : 9782379880506
    • Fichier EPUB, avec Marquage en filigrane
    8.99

  • AideEAN13 : 9782379880506
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    8.99

Autre version disponible

Jérusalem, 640 av. J.-C.. Alors que la dynastie issue de David attend un
héritier avec anxiété, la princesse Jedida donne naissance à deux fils. Le
pays, déjà menacé par l’Égypte et l’Assyrie qui s’affrontent dorénavant,
risque de sombrer dans la division… Afin de le sauver, un jeune prêtre
idéaliste et une vieille servante en mal de maternité décident de fuir vers
l’Égypte avec l’enfant royal. Mais la route qui mène à Memphis est semée
d’embûches et le nouveau-né est kidnappé dans le désert. Dans le même temps, à
faible distance, le Pharaon Psammétique affronte les Assyriens. Mais, au
moment où il s’apprête à prendre d’assaut Ashdod et à bouleverser le cours de
l’Histoire, un jeune couple qui voyage avec un nouveau-né est capturé par les
soldats. Qui sont-ils ? Qui est réellement l’enfant qui les accompagne ? Et si
cet enfant était le fils d’Amon, descendant de David ? Psammétique croit y
voir un signe. Amon-Rê a-t-il décidé de placer le destin de Juda entre ses
mains ? Lui offre-t-il enfin le pouvoir de faire renaître l’empire et de faire
de son pays la plus grande puissance de la région ? Intrigue à mystère, quête
d’absolu et de transcendance, régicide provoquant l'arrivée d'un enfant roi
qui deviendra "Messie", guerre civile fratricide entre héritiers, amours
inconsolables, personnages hors du commun en butte contre l'adversité. Avec
patience, Sarah traduit et reconstitue les derniers moments d'une dynastie
exceptionnelle, celle de David, jusqu’à la bataille finale et décisive de Tel
Megiddo (Armagedon) où se décide l’avenir du monde…

À PROPOS DE L'AUTEUR

**Serge CALVO** : Né à Paris en en 1960, son parcours artistique pourrait se
résumer à quelques rares évènements qui, bien que fortuits, n'en sont pas
moins déterminants. Le premier, à l'âge de 10 ans, résulte de
l'émerveillement suscité par la lecture "des Contes et Légendes de la Grèce
antique". Le second, peu de temps après, qui lui fera découvrir "La Dame de
Monsoreau" et bien d'autres chefs-d'œuvre mis en image par l'ORTF,  est lié à
sa fascination pour le premier téléviseur noir et blanc, acheté d'occasion par
ses parents qui trônait, impérial, au centre de l'unique pièce qui leur
servait de domicile. De cette providentielle conjonction naîtra une passion
qui mêlera, à tout jamais,  histoire et art dramatique. Mais dans la France
industrielle de ses premières années, les réalités sociales s'imposent et pour
la petite communauté hispanique qui vit regroupée dans des "chambres de bonnes
"  les seuls rêves concernent l'obtention d'un providentiel logement HLM.
Alors, parce que son père, OS chez Renault, ambitionne de voir son fils porter
une "blouse blanche", il accepte de renoncer à ses projets et devient, à 18
ans, dessinateur industriel. Onze ans plus tard, un BTS en poche, il quitte
son emploi de professeur de dessin technique  afin d'assumer ses nouveaux
choix d'homme qui résultent de ses nouveaux amis,  et il réussit le concours
d'Instituteur. Les années passent, il vient de franchir le cap délicat des
cinquante ans, devenu directeur d'école en  ZEP, un premier "accident de
santé" l'amène à se remettre totalement en question. Pour tromper l'ennui dû à
son arrêt,  il commence à écrire… et c'est le choc, celui de l'émotion
suscitée par la création artistique qui puise son inspiration dans les
tréfonds tumultueux de son univers intérieur. Un premier texte émerge, le
scénario d'un téléfilm qui relate (dans un décor de tragédie antique qui
ressemble fortement à celui de l'Espagne du Front populaire) les derniers
instants magnifiques et sublimes du grand Pablo Neruda. Mais celui-ci est
refusé par Arte. Il commence à douter… A-t-il sa place, lui qui n'a pas connu
les bancs de la faculté ?. La rencontre de Pierre Tré-Hardy,  à l'occasion de
la sortie de son nouveau spectacle,  sera décisive, car en artiste qui "ne
voit qu'avec son cœur", celui-ci le convainc, à la lecture des quelques
lettres qu'il a reçues, que ses doutes sont vains puisque, dorénavant, il se
doit de livrer au public l'univers imaginaire qu'il porte en lui. La suite ?
Et bien, elle vous appartient, puisqu'un auteur ne peut exister vraiment qu'à
travers les émotions qu'il provoque chez les autres. Un grand Merci surtout à
"LE PHÉNIX D'AZUR" Éditions généraliste et indépendante qui a bien voulu, à
l'issue d'un long chemin semé de désillusions, prendre en charge cette
"Histoire" incroyable qui ne fait, je l'espère du moins, que commencer…

S'identifier pour envoyer des commentaires.