La justice des mineurs au quotidien de ses services
Éditeur
Éditions ies
Date de publication
Collection
Le geste social
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

La justice des mineurs au quotidien de ses services

Éditions ies

Le geste social

Offres

  • AideEAN13 : 9782882242136
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    19.99

Autre version disponible

Publié pour la première fois en 1968, puis réédité plusieurs fois The Social
Organization of Juvenile Justice d’Aaron Cicourel appartient à la catégorie
des classiques de la littérature sociologique. Près d’un demi-siècle après en
voici une traduction en français. Suivre les trajectoires des mineurs,
supposément délinquants, pris qu’ils sont dans les mailles de leur justice ;
suivre au plus près - sur quatre ans, partageant leur quotidien - ceux qui les
suivent : policiers, personnels du contrôle judiciaire. C’est-à-dire retracer,
d’un entretien à l’autre, d’un rapport au suivant, l’avancée des dossiers que
ces services instruisent sur ces jeunes, traquant ainsi ce qui dans ces
dossiers, par déports successifs, tout à la fois éloigne du théâtre originel
des frasques des mineurs leur ayant valu de tomber sous le radar, et permet in
fine de boucler leurs cas comme manifestant le socle d’une histoire sur lequel
ancrer verdict et préconisation : telle est la matière vive du livre ; et,
d’aborder la sociologie de la délinquance, non par les délinquants, mais par
ceux (les services) qui les réputent tels et ainsi les génèrent, voilà sa
singularité. Le livre d’Aaron Cicourel fait date, non seulement dans le champ
de la sociologie de la déviance, mais dans l’histoire même de la sociologie
parce qu’on y trouvera, noué comme rarement, un entrelacs réflexif entre
singularité d’objet et potentiels des diverses méthodologies susceptibles
d’honorer cette singularité. Un pied dans les ‹ communities studies › ; un
autre dans la grille analytique de l’ethnométhodologie sans pour autant que
les approches statistiques y passent par pertes et profits. A tous égards,
aussi bien pour ceux pour qui la délinquance et/ou la déviance est l’objet
central de leurs recherches, que pour la corporation sociologique dans son
ensemble soucieuse de savoir ‹ où elle en est ›, la lecture de ce classique
enfin traduit apportera beaucoup.

S'identifier pour envoyer des commentaires.