Tupinilândia
Éditeur
Anne-Marie Métailié
Date de publication
Collection
Bibliothèque Brésilienne
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Offres

  • AideEAN13 : 9791022610780
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    14.99

Autre version disponible

**Situé au cœur de l’Amazonie, un fabuleux roman entre Orwell et Jurassic
Park, un blockbuster d’aventures et une réflexion sur la nostalgie, la mémoire
et le nationalisme.**

Tupinilândia se trouve en Amazonie, loin de tout. C’est un parc d’attractions
construit dans le plus grand secret par un industriel admirateur de Walt
Disney pour célébrer le Brésil et le retour de la démocratie à la fin des
années 1980.

Le jour de l’inauguration, un groupe armé boucle le parc et prend 400
personnes en otages. Silence radio et télévision.

Trente ans plus tard, un archéologue qui ne cesse de répéter à ses étudiants
qu’ils ne vont jamais devenir Indiana Jones revient sur ces lieux, avant
qu’ils ne soient recouverts par le bassin d’un barrage. Il découvre à son
arrivée une situation impensable : la création d’une colonie fasciste
orwellienne au milieu des attractions du parc dévorées par la nature.

À la tête d’une troupe de jeunes gens ignorant tout du monde extérieur qu’ils
croient dominé par le communisme, il va s’attaquer aux représentants d’une
idéologie qu’il pensait disparue avec une habileté tirée de son addiction aux
blockbusters des années 1980.

Avec humour, intelligence et une imagination foisonnante, l’auteur renverse
les clichés des romans d’aventures et des films d’action tout en réfléchissant
sur l’ambiguïté de la nostalgie, l’importance de la mémoire et les dangers du
nationalisme.

**Une magnifique preuve que le plaisir de raconter une histoire
extraordinaire, servi par un talent littéraire remarquable, peut se mettre au
service d’une réflexion politique actuelle.**

« Pour l’auteur il n’y a pas de barrières entre la « grande » littérature et
le divertissement. Jules Verne et Picsou sont traités avec le même amour que
Shakespeare et Flaubert. » - **_O Globo_**

S'identifier pour envoyer des commentaires.