Le nouveau nom de l'amour
Éditeur
Stock
Date de publication
Collection
Essais - Documents
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Le nouveau nom de l'amour

Stock

Essais - Documents

Offres

  • Aide EAN13 : 9782234089266
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Copier/Coller

      Impossible

    13.99

Autre version disponible

De nos jours, le couple serait en crise, et le mariage en déclin. Cette crise
serait due au capitalisme, à l’hypersexualisation de la société, à Internet ou
à l’on ne sait quelle incapacité de la jeunesse à s’engager.
Pour comprendre ce que sont devenus l’amour, le couple et le désir, Belinda
Cannone retrace les métamorphoses du sentiment amoureux. L’histoire du mariage
nous apprend ainsi que l’union « pour toujours » est une invention chrétienne,
que le mariage d’amour émerge à la fin du XVIIIe siècle, et que ce sont les
révolutions du XXe siècle qui ont érigé le désir en ingrédient indispensable
de la réussite du couple.
Cette révolution ne va pas sans problème : l’amour, en se transformant, peut
durer une vie, alors que le désir est plus fugace. Dès lors, pourquoi
continuer à vivre dans un couple où le désir s’est dissipé ? En effet, nous
tendons à présent à former au cours de nos vies des couples successifs, non
pérennes. Mais si ce problème n’en était pas un ? S’il s’agissait simplement
d’une profonde mutation du couple, qui n’est pas pire – voire qui est
meilleure, plus riche – que les versions antérieures du couple ?
Bien sûr, cette renonciation au « pour toujours » n’est possible que si l’on
reconnaît la noblesse du désir. Trop longtemps regardé comme un péché, il est
aujourd’hui valorisé, mais pas toujours pour ce qu’il est. Suspendant les
rapports de domination, le désir est profondément féministe. Il n’est pas un
simple besoin du corps, ou de la reproduction, mais une expérience capitale
qui engage la totalité du corps-esprit. Intimement mêlé à l’amour, il en est
le nouveau nom.

S'identifier pour envoyer des commentaires.