La grâce et le progrès, Réflexions sur la Révolution française et la Vendée
Éditeur
Stock
Date de publication
Collection
Essais - Documents
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

La grâce et le progrès

Réflexions sur la Révolution française et la Vendée

Stock

Essais - Documents

Offres

  • Aide EAN13 : 9782234089273
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

    12.99

Autre version disponible

Le père d’Élisabeth de Fontenay a été une figure majeure de la Résistance
française. Élisabeth de Fontenay a fait sien l’attachement de son père à la
République française et à la démocratie au risque de sa vie, et elle n’a cessé
depuis, dans son œuvre de philosophe, de défendre ces convictions de gauche.

Or un livre n’a jamais quitté son père, il s’agit du roman de Victor Hugo,
_Quatrevingt _-_ treize_. Pourquoi ? Parce que dans cet ouvrage mieux que
partout ailleurs est évoquée la tragédie qui a marqué dans le sang la
naissance de la Première République française. La Révolution a tué presque
deux cent mille Vendéens, au nom du principe d’universalité. Aujourd’hui la
mémoire de cet événement est soit éteinte, soit récupérée et caricaturée,
comme au Puy du Fou. Il y a donc nécessité non seulement à ne pas oublier
cette violence qui a marqué cette République dont nous sommes les héritiers,
mais à méditer sur cette ambivalence terrible qui peut transformer la cause du
progrès en terreur. Cet épisode historique est un enseignement important pour
nous aujourd’hui, il y va de notre liberté et de l’égalité entre hommes et
femmes.

Cette méditation tourmentée autant que nuancée, qui convoque romanciers,
historiens et philosophes, frappe par sa force intellectuelle.

  « Quel sens peut désormais prendre le souci de la nation, de la langue et de
la littérature françaises si le pays où nous demeurons, que nous soyons nés
sur son territoire ou que, par naturalisation, nous en ayons été faits
citoyens, ce pays est devenu un archipel, en dépit de la préoccupation, sans
cesse affichée par les autorités politiques, de l’unité nationale, de
l’intégrité du territoire et de l’indivisibilité de la République ? Ce livre
tente précisément d’interroger une histoire dont je demande en même temps
jusqu’à quel point elle peut encore être dite nôtre. Sur ce nous, je resterai
incertaine, divisée, désolée par la modernité et son pouvoir de déliaison,
mais aussi forte de l’espoir qu’elle peut encore apporter plus de libertés et
d’égalité entre les hommes et les femmes. »

S'identifier pour envoyer des commentaires.