Une guerre mondiale contre les femmes, Des chasses aux sorcières au féminicide
EAN13
9782358722001
ISBN
978-2-35872-200-1
Éditeur
La Fabrique
Date de publication
Nombre de pages
162
Dimensions
16,8 x 11,1 x 1,4 cm
Poids
144 g
Langue
français
Langue d'origine
anglais
Fiches UNIMARC
S'identifier

Une guerre mondiale contre les femmes

Des chasses aux sorcières au féminicide

De

Traduit par

La Fabrique

Offres

Cet ouvrage tente de rassembler en quelques chapitres les grands enjeux soulevés par Silvia Federici autour de la notion de sorcières et de chasse aux sorcières. Le public a connu (et reconnu) Federici à travers son magnum opus de recherche historiographique intitulé Caliban et la sorcière. Cet intérêt s’explique à la fois par la diversité des questions soulevées par l’autrice et par leur importance actuelle dans le débat public : en tournant notre regard sur les inquisiteurs du Moyen-Âge, Federici nous parle de la domination des femmes, de la genèse du capitalisme et du travail salarié, mais aussi de la privatisation des communs et de la destruc- tion de la nature.
Cette théorisation n’a pas manqué de soulever des questionnements et des critiques, auxquelles Federici répond ici avec une grande pédago- gie, ce qui lui permet de mettre en avant des éléments particulièrement saillants de son récit : non seulement le fait qu’en Angleterre, la carto- graphie des enclosures se superpose aisément avec celle des procès en sorcellerie; mais en outre, l’autrice souligne les transformations requises par le capitalisme dans notre rapport à la nature, au corps, aux animaux, à la magie. Les sorcières étaient les femmes qui (guérisseuses, avorteuses, entourées d’animaux) développaient un rapport à la nature, au langage, au corps et à la sexualité qui subvertissait d’emblée l’exigence rationalisatrice, médicale et étroitement techno- logique de la grande modernisation capitaliste.
Mais il ne s’agit pas que d’histoire : l’autrice propose également de disséquer le retour funeste de la chasse aux sorcières dans certains pays africains ou en Inde. Sans s’en tenir à une lecture religieuse ou idéologique des conflits, elle situe l’origine de cette résurgence dans la grande mutation ayant affecté les mondes agricoles dans les pays en sous- ou mal-développement.
Cet œuvre de Federici se situe la croisée des nouvelles radicalités contemporaines, du renou- veau féministe aux autonomies (ZAD, habitats collectifs, coopératives) jusqu’à l’écologie radicale.

S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Étienne Dobenesque