Un service de click & collect du lundi au samedi, de 10h à 17h, est possible à la librairie Dialogues, entrée rue Louis Pasteur.

Situations (Tome 6) - Mai 1958 - octobre 1964
Éditeur
Gallimard
Date de publication
Collection
Situations
Langue
français
Langue d'origine
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Situations (Tome 6) - Mai 1958 - octobre 1964

Gallimard

Situations

Offres

  • AideEAN13 : 9782072902468
    • Fichier PDF, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    17.99

  • AideEAN13 : 9782072902482
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    17.99

Autre version disponible

De mai 1958 à octobre 1964, Sartre est sur tous les fronts. Depuis le premier
volume de Situations, on le sait curieux et perspicace ami des écrivains et
des artistes : Albert Camus, Paul Nizan, André Masson, Merleau-Ponty, Andreï
Tarkovsky… Le refus du prix Nobel de littérature et la tonalité polémique que
Sartre lui donne viennent mettre le point final à ces pages consacrées aux
lettres et aux arts. Ce qui, incontestablement, tient la première place, c’est
le combat politique. La toile de fond en est le conflit algérien et, de
manière plus générale, les conflits du Tiers Monde ; y apparaissent de
grotesques figures, d’autres que Sartre juge plus pernicieuses et dangereuses
pour la démocratie et la République, d’autres enfin qui sont à ses yeux
porteuses d’espérance ou véritablement héroïques. Dans ce combat politique,
Sartre fait flèche de tout bois : le polémiste y excelle, le moraliste y
cisèle ses aphorismes ; la violence va jusqu’au cri, semble emporter
l’écrivain au-delà de toute retenue. Mais il est enfin un autre Sartre plus
humain, plus fraternel, celui qui part à la recherche de ses amis disparus,
qui sont morts prématurément, absurdement, et à qui il faut rendre hommage ou
justice : Camus, Nizan et Merleau-Ponty. Ces trois éloges funèbres sont
également trois occasions de revenir sur soi, de comparer sa propre vie et
celle de ceux qui ont disparu, de voir tout le chemin parcouru, tantôt avec
eux tantôt sans eux ou contre eux, de jeter sur qui l’on fut un regard qui n’a
nulle complaisance mais qui n’est pas sans tendresse.

S'identifier pour envoyer des commentaires.