Un service de click & collect du lundi au samedi, de 10h à 17h, est possible à la librairie Dialogues, entrée rue Louis Pasteur.

Mes très chers monstres
Éditeur
Editions de l'observatoire
Date de publication
Langue
français
Langue d'origine
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Mes très chers monstres

Editions de l'observatoire

Offres

  • AideEAN13 : 9791032914465
    • Fichier PDF, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    14.99

  • AideEAN13 : 9791032914472
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    14.99

Autre version disponible

« Journaliste depuis trente ans au Figaro, j’ai croisé, au fil des ans, à ce
poste d’observation de premier plan, bien des “monstres”. Des beaux et des
laids. Des petits et des grands. Des femmes et des hommes. Des monstres
évidents et des monstres charmants et virevoltants, cachant bien leur jeu.
Certains bien plus fragiles qu’ils en avaient l’air, presque vulnérables ;
d’autres bien plus “monstrueux” que leur réserve ou leur apparente bonhomie ne
le laissait présager. Tous monstres parce que plus “grands”, plus volontaires,
et toujours en quête de lumière. De reconnaissance, d’un amour renouvelé, de
postérité, voire d’éternité, même, pour certains, soucieux de laisser une
trace dans l’histoire. Tenter de mettre au jour si ce n’est le “vrai visage”,
en tout cas un autre visage, une forme de vérité de l’instant derrière
l’apparence, la quête narcissique, les images retouchées qui construisent des
espèces de marionnettes médiatiques. Essayer de cerner les failles, notamment
celles de l’enfance si souvent éclairantes. Mettre en lumière les stratégies
pour s’affranchir de filiations pesantes, d’histoires familiales compliquées
ou de conventions sociales contraignantes. Voilà ce qui m’a motivée dans cette
espèce d’attirance que j’ai toujours eue pour des personnages qui sortaient du
commun. » A. F.

S'identifier pour envoyer des commentaires.