Lettres près du coeur, Correspondance
Éditeur
Des Femmes
Date de publication
Collection
Correspondance
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Lettres près du coeur

Correspondance

Des Femmes

Correspondance

Offres

  • AideEAN13 : 9782721008114
    • Fichier PDF, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    9.99

  • AideEAN13 : 9782721008107
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    9.99

Autre version disponible

« Elle avait à peine vingt-quatre ans. Née en 1920, elle avait déjà vécu, en
l’espace de dix-huit mois, son plus grand amour, publié un mythique premier
roman, était devenue citoyenne brésilienne, s’était mariée, avait entamé à
Belém un long destin de femme de diplomate, élaboré un second roman, –
lorsqu’elle rencontra à Rio, au printemps 1944, entre deux voyages, celui qui
allait devenir l’interlocuteur de cette correspondance. Laquelle fut publiée
par ses propres soins, plus de vingt ans après la disparition de la fulgurante
étoile demeurée « près de son cœur ». Ce titre a été inventé par Fernando
Sabino lui-même en hommage au premier livre de Clarice, qui avait illuminé sa
vie comme celle de toute sa génération – la plus riche produite à ce jour par
la littérature brésilienne. Ce livre, Près du cœur sauvage, Fernando Sabino
l’avait reçu chez lui, dans le Minas Gerais, en décembre 1943, par un hasard
qu’il ne s’expliqua jamais. Mais ce ne fut pas un hasard si un ami commun,
plus âgé, le journaliste diplomate Rubem Braga, prit l’initiative tutélaire,
six mois plus tard, de présenter l’un à l’autre ce jeune écrivain séduisant et
cette sublime créature surgie comme un « ouragan » (B. Moser). De cette
première et brève mise en présence (Clarice était en partance pour l’Italie),
nous n’avons conservé aucun témoignage, mais nous n’en avons guère besoin :
cette Correspondance en fut le résultat. Deux dates la bornent : avril 1946 et
janvier 1969, précieuses, mais insuffisantes pour mesurer l’étendue qu’a dû
parcourir, jusqu’à la disparition de Clarice, en 1977, l’amitié de deux êtres
d’une pareille qualité. Car telle est l’infirmité de toute correspondance,
qu’elle ne peut exister que lorsque les épistoliers sont séparés… » Didier
Lamaison, traducteur « Nous échangions sur tout. Nous nous soumettions nos
travaux respectifs. Ensemble nous reformulions nos valeurs et découvrions le
monde, ivres de notre jeunesse. Ce qui réunissait deux jeunes gens « près du
cœur sauvage de la vie », c’était plus que leur passion pour la littérature
ou, inavouée, l’un pour l’autre : ce qui transpire dans nos lettres, c’est une
sorte de pacte secret entre nous deux, dans une solidarité face à l’énigme que
nous réservait l’avenir quant à notre destin d’écrivains. » Fernando Sabino

S'identifier pour envoyer des commentaires.