Les miradors de Vichy, Préface de Pierre Vidal-Naquet
EAN13
9782846210140
ISBN
978-2-84621-014-0
Éditeur
Paris éditions
Date de publication
Collection
Essais et documents
Nombre de pages
222
Dimensions
23 x 15 x 1 cm
Poids
414 g
Langue
français
Code dewey
940.531
Fiches UNIMARC
S'identifier

Les miradors de Vichy

Préface de Pierre Vidal-Naquet

De

Préface de

Paris éditions

Essais et documents

Offres

À l'heure où il n'est plus possible d'ignorer que l'Etat français fut le fourrier zélé du nazisme, il était indispensable de rappeler à l'opinion publique l'existence des camps de concentration français.Le 2 août 1942, à la demande de la CIMADE, organisme protestant d'aide aux personnes déplacées, Laurette Monet, étudiante de 19 ans, rejoint Récébédou, en Haute-Garonne, "un camp de regroupement" comme Gurs, Le Vernet, Saint-Cyprien, Rivesaltes,... où le régime de Vichy enferme ceux qu'il qualifie d'indésirables.Là, puis à Nexon, en Haute-Vienne, d'octobre 1942 à juillet 1943 - quand la CIMADE ne sera plus tolérée dans les camps -, elle plonge dans un univers effrayant dont personne alors ne parle. Dans des baraques aux planches disjointes, cernées de barbelés et de miradors, surveillés par des gardiens en armes, s'entassent et croupissent des hommes, des femmes, démunis de tout, des enfants aussi... Coupables d'être juifs, antifascistes allemands, républicains espagnols, gitans, opposants au nouvel ordre européen, ils ont été traqués par la police française. Ils meurent chaque jour de froid, de faim, de maladie, quand ils ne sont pas, comme juifs et gitans, condamnés à la déportation.Décrivant la détresse de ceux qu'elle a aimés et aidés, Laurette Monet montre, parallèlement, l'inconscience des gardiens et des personnels administratif et médical qui, en obéissant aveuglément aux ordres de Viçhy, ne voyaient plus des êtres humains dans ces prisonniers qu'ils parquaient ou convoyaient dans les trains de la mort.Témoin de cette barbarie dont nul, aujourd'hui, ne se veut comptable, Laurette Monet, pathétique et véhémente, parle, non pour crier vengeance, mais pour empêcher que le silence et l'oubli servent de marchepied à de nouveaux crimes.Figurent, dans cet ouvrage, plusieurs récits, lettres et documents, et une cinquantaine de photos prises clandestinement par l'auteur à Récébédou et à Nexon.Préface de Pierre Vidal-Naquet

S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Laurette Alexis-Monet
Plus d'informations sur Pierre Vidal-Naquet