Les échafauds du romanesque
Éditeur
Presses Universitaires du Septentrion
Date de publication
Collection
Objet
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Les échafauds du romanesque

Presses Universitaires du Septentrion

Objet

Offres

  • AideEAN13 : 9782757426159
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    4.99

De la guillotine on ne retient jamais que l’effet de rupture, l’effondrement
d’un monde auquel la Terreur met un terme, définitivement. C’est oublier que
la guillotine s’inscrit dans la mémoire, qu’elle découpe alors un nouvel
espace de représentation auquel la peinture, la photographie, le
cinématographe, musées de cires et salons de coiffure, se trouvent
assujettis... Visages plus purs exaltés par la lunette, visions fugitives - «
Un éclair... puis la nuit ! »- qui obéissent à la logique de l’instantané : le
fil de la guillotine commande l’exposition romanesque du visage. L’échafaud
fonde une scène nouvelle, suscite une constellation d’images et de textes.
Singulière machine, -appareil funèbre, -vrai objet de désir. La littérature
romanesque du xixe siècle se renouvelle, s’édifie, s’échafaude à partir de la
guillotine, avec vue sur la Grève.

S'identifier pour envoyer des commentaires.