Pascal Quignard. La voix de la danse
Éditeur
Presses Universitaires du Septentrion
Date de publication
Collection
Objet
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Pascal Quignard. La voix de la danse

Presses Universitaires du Septentrion

Objet

Offres

  • AideEAN13 : 9782757427484
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    9.99

Autre version disponible

Au mois de novembre 2010, Pascal Quignard et la danseuse de butô Carlotta
Ikeda ont créé la pièce medea, sur la scène du Théâtre Molière, à Bordeaux.
Cette rencontre de la danse et de la littérature était-elle donc marquée du
sceau de l’inéluctable ? Oui, parce que la danse est au cœur de l’œuvre de
Pascal Quignard, depuis toujours, et elle éclaire indirectement le sens de ses
collaborations multiples, avec des peintres, des musiciens, des comédiens.
Affirmer la nécessité esthétique et logique de cet événement peut cependant
surprendre car, dans le premier temps de l’œuvre, le corps et sa danse
n’apparaissaient guère. Pourtant, quand je l’interrogeais à ce sujet dans les
entretiens que nous avons menés ensemble en 2000, il répondit ceci : « La
danse est un art, bien sûr. J’en parle très souvent, quoi que vous en disiez,
sous la forme du corps humain tournant la tête, tombant les bras levés,
versant en arrière. ». Cette réponse m’a laissée songeuse. Je n’avais pas lu
la danse dans son œuvre, et c’est cette erreur de lecture - ou cette myopie -
que l’écriture du présent essai a voulu corriger. Aussi ai-je souhaité lire
ici ce que je n’avais pas lu, comprendre ce que je n’avais pas compris, en
retraçant l’histoire de cette présence, à la fois fantomatique et réelle, du
corps et de sa danse dans l’œuvre.

S'identifier pour envoyer des commentaires.