La lutte initiale, Quitter l'empire du nihilisme
EAN13
9782207111031
ISBN
978-2-207-11103-1
Éditeur
Denoël
Date de publication
Collection
Médiations
Nombre de pages
448
Dimensions
23 x 15 x 3 cm
Poids
482 g
Langue
français
Langue d'origine
français
Code dewey
149.8
Fiches UNIMARC
S'identifier

La lutte initiale

Quitter l'empire du nihilisme

De

Denoël

Médiations

Offres

Autre version disponible

Un formidable hiatus existe aujourd'hui entre l'abondance des ressources matérielles et culturelles et l'humeur noire qui anime les sociétés contemporaines. Les vieilles promesses de libération issues de la pop culture sont-elles dans l'impasse ? Puisant à différentes sources de pensée, occidentales et orientales, Philippe Nassif propose une lecture radicalement nouvelle de cette crise. Le centre de nos sociétés n'est plus constitué que par une médiasphère dont le message récurrent est la jouissance immédiate. Les grandes promesses d'une lutte finale pour l'émancipation de tous ont été avalées par l'image et la consommation. Que faire ? C'est à une lutte initiale que nous invitent les temps présents : une réforme de soi comme préalable à tout utopie politique. Philippe Nassif nous engage donc à une démarche plus intérieure mais aussi plus concrète. Dans cet essai très informé, très audacieux, qui commente aussi bien le destin de la pop culture que les fulgurances des romantiques allemands, et s'appuie avant tout sur l'expérience de la psychanalyse et du tao, il en appelle au désir plus qu'à la jouissance, au corps et au souffle plutôt qu'au pur intellect, à la voie des arts plutôt qu'à de vains slogans politiques. Et à regarder, au lieu de se lamenter éternellement, la part lumineuse de l'époque contemporaine. Là où l'ironie dépressive n'a plus cours et où des vies élevées s'expérimentent.
Conseiller de la rédaction à Philosophie Magazine et responsable de la rubrique essais de Technikart, Philippe Nassif a publié Bienvenue dans un monde inutile (Denoël, 2002) et Pop Philosophie : entretiens avec Mehdi Belhaj Kacem (Denoël, 2005).

S'identifier pour envoyer des commentaires.