L’invention de la poésie, Breton, Aragon, Duchamp
Éditeur
Presses Universitaires du Septentrion
Date de publication
Collection
Objet
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

L’invention de la poésie

Breton, Aragon, Duchamp

Presses Universitaires du Septentrion

Objet

Offres

  • AideEAN13 : 9782757426289
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    5.99

Autre version disponible

Prenons pour une date symbolique ce 4 octobre 1926, où André Breton, optant
pour ce qu’il appelle le « comportement lyrique » décida d’incorporer à la
fiction de l’être féminin qu’il cultivait depuis son adolescence une passante
de la rue Lafayette qui répondait au nom de Nadja. N’est-il pas vrai que, par
cette décision, il inventait ou réinventait pour son propre compte la poésie,
c’est-à dire la vie poétique, cette utopie qu’entretenaient aussi certains de
ses amis, et qu’avait illustrée déjà Louis Aragon sous le nom du Paysan de
Paris ? La poésie, la vie poétique, ne saurait se confondre avec le métier
d’écrivain. Elle fait, en revanche, une place de choix à la métaphysique et,
plus encore, à l’amour. On ne s’étonnera donc pas que la figure féminine soit
constamment au centre des préoccupations du poète surréaliste. Une figure qui
n’appartient pas davantage au réel qu’à l’imaginaire, et mérite, de ce fait,
la qualification de magique-circonstancielle. Une figure qui, de surcroît, se
dérobe autant qu’elle s’offre, objet d’une jouissance mélancolique et
répondant à la condition de cette beauté érotique-voilée qu’on reconnaît
aisément dans la Mariée de Marcel Duchamp. Ce qu’on appelle ici l’Invention de
la Poésie ne revendique pas le statut d’un événement historique inscrit dans
l’évolution de la littérature. Pas plus que la poésie ne veut être confondue
avec ce genre littéraire que le mètre et la rime suffisent à distinguer de la
prose. Il s’agit bien plutôt d’une activité mentale, associée à une pratique
du langage, susceptible de réformer notre rapport au monde et à autrui,
notamment dans l’amour, lequel, écrit symétriquement Breton, est « à réédifier
».

S'identifier pour envoyer des commentaires.