Déclinaisons de la voie, Avoiement, dévoiement, fourvoiement
Éditeur
Presses universitaires de Perpignan
Date de publication
Collection
Études
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Déclinaisons de la voie

Avoiement, dévoiement, fourvoiement

Presses universitaires de Perpignan

Études

Offres

  • AideEAN13 : 9782354123758
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    5.99

Autre version disponible

L’ouvrage présente la synthèse de deux années de travaux menés par les membres
du VECT-Mare Nostrum (“Voyages, Échanges, Confrontations, Transformations”),
groupe de recherche pluridisciplinaire de l’Université de Perpignan-Via
Domitia. Reliant les domaines de l’imaginaire, de la littérature et de
l’épistémologie, les treize études réunies ici confrontent les réflexions de
spécialistes de divers domaines (lettres classiques, lettres modernes, études
médiévales, philosophie, études anglo-américaines, études irlandaises) sur le
thème de la voie et de ses aléas, sous la triple forme de l’avoiement (la mise
en route), de dévoiement (le fait de changer de voie, de s’écarter de
l’itinéraire) et du fourvoiement (le fait de quitter toute voie). L’ouvrage
s’ouvre sur une prise de repères qui place les usages de l’image de la voie
dans une perspective épistémologique et souligne le biais « spatialisant » des
habitudes de pensée dominantes, de tradition aristotélicienne. Elle présente
trois types de conceptions de la voie, respectivement attachées aux traditions
aristotélo-thomiste (la voie selon sa fin), épicurienne (la voie selon son
origine) et à la pensée chinoise pré-bouddhiste, dans laquelle la voie ne se
définit ni selon un début ni selon une fin mais ne se comprend qu’en fonction
du trajet lui-même. Ainsi, de manière largement diachronique, l’analyse de
diverses conceptions et modalités de la voie et du voyage opère une mise en
perspective philosophique, historique et littéraire nouvelle et donne à
percevoir des dimensions subtiles du triptyque de l’avoiement, du dévoiement
et du fourvoiement depuis l’antiquité. Épicure et Lucrèce posaient la
déclinaison comme source de toute création : dans l’évolution de son
imaginaire et par le déplacement des valeurs de l’avoiement, du dévoiement et
du fourvoiement, la littérature occidentale a su donner toute sa place à ce
principe vital.

S'identifier pour envoyer des commentaires.