Immunitas, Protection et négation de la vie
Éditeur
Seuil
Date de publication
Collection
L'Ordre philosophique
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Immunitas

Protection et négation de la vie

Seuil

L'Ordre philosophique

Offres

  • AideEAN13 : 9782021469097
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    14.99

  • AideEAN13 : 9782021469110
    • Fichier PDF, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    14.99

Autre version disponible

Venue du droit, la notion d’immunité occupe une place centrale en médecine.
Tout comme le système immunitaire du corps humain protège l’organisme contre
les incursions mortelles de virus, la loi garantit la survie de la communauté
dans une situation la mettant en péril. Le droit protège et prolonge la vie.
Mais comme le corps individuel, le corps collectif ne peut être immunisé
contre le danger qu’en permettant à une certaine quantité de ce qui le menace
d’y pénétrer. Pour échapper aux griffes de la mort, la vie est obligée
d’incorporer en elle un principe mortel et de créer des anticorps. Le commun
ne peut être préservé que s’il intègre en son sein un corps étranger, qui
l’expose à un risque permanent. Dans ce livre, qui mêle les lexiques juridique
et politique à ceux de la théologie, de l’anthropologie et de la biologie,
Roberto Esposito propose une analyse de la biopolitique contemporaine d’une
extrême actualité. Aujourd’hui, les processus d’immunisation comme la demande
de vaccination – mêlée de crainte – caractérisent tous les aspects de notre
existence. Plus les individus et les sociétés se sentent sur le point d’être
infectés par des corps étrangers, plus ils se renferment ou sont confinés dans
leurs limites protectrices, qu’il s’agisse des murs de nos appartements ou des
frontières de nos États. À une issue immunitaire et finalement destructrice,
peut-on imaginer une alternative fondée sur une nouvelle conception de la
communauté ?

S'identifier pour envoyer des commentaires.