Complexe de l’ironiste. De Quincey à l’œuvre
Éditeur
UGA EDITIONS
Date de publication
Collection
Esthétique et représentation : monde anglophone (xviiie- xixe siècles)
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Complexe de l’ironiste. De Quincey à l’œuvre

Uga Editions

Esthétique et représentation : monde anglophone (xviiie- xixe siècles)

Offres

  • AideEAN13 : 9782377472741
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    15.99

Autre version disponible

Thomas De Quincey est connu pour deux textes qui n’ont, en apparence, rien en
commun : les Confessions d’un mangeur d’opium anglais, clé de voûte d’un récit
autobiographique morcelé, ont longtemps été lues comme l’œuvre d’un romantique
mineur, dans l’ombre du poète William Wordsworth ; tandis que « L’assassinat,
considéré comme l’un des Beaux-Arts » cultive la provocation et la fantaisie.
Les deux cependant expriment toutes les nuances de l’ironie : De Quincey se
confronte aux grands auteurs et proclame son statut d’écrivain mineur pour
mieux le dépasser. Rassembler dans un même regard ces deux textes nous permet
de rétablir la cohérence d’une œuvre complexe et contradictoire, mais
finalement unie, encore et toujours, autour du portrait de l’Anglais mangeur
d’opium. Céline Lochot présente ici De Quincey comme mêlant l’ironie dans une
démarche de séduction et de définition de soi dans le romantisme. Cette mise
en contexte romantique de l’ironie, a priori plutôt paradoxale, enrichit
considérablement le propos et souligne la modernité de De Quincey.

S'identifier pour envoyer des commentaires.