Ecrire la Révolution, 1784-1795 : lettres à Pauline
EAN13
9782916488479
ISBN
978-2-916488-47-9
Éditeur
La Louve
Date de publication
Collection
LITTERATURE ET
Nombre de pages
576
Dimensions
20 x 14 x 0 cm
Poids
590 g
Langue
français
Code dewey
944
Fiches UNIMARC
S'identifier

Ecrire la Révolution, 1784-1795 : lettres à Pauline

De

Édité par

La Louve

Litterature Et

Offres

Autre version disponible

Cet ouvrage livre une correspondance d’environ 300 lettres de Gaston de Lévis, élu en 1816 à l’Académie Française. Cette correspondance est exceptionnelle à plus d’un titre. Gaston de Lévis écrit à son épouse Pauline entre les années 1784 et 1795. Outre l’œuvre littéraire tout à fait remarquable que constituent ces lettres, il s’avère qu’elles sont aussi - et même surtout - une source historique rare : écrivant de Paris, de Versailles, puis de toute l’Europe, Gaston de Lévis raconte quasiment au jour le jour la Révolution française et les années troublées qui ont suivi. Ainsi, après avoir été député de la noblesse aux États Généraux en 1789, il s’est retrouvé engagé auprès des armées coalisées (il était à Valmy, au débarquement de Quiberon...) et il raconte tout cela avec force détails, sans jamais se départir d’un humour décapant : la lettre décrivant un duel au pistolet à la Barry Lyndon, l’humour en plus (« Ils pourraient tirer toute la journée sans se toucher »), est d’une grande drôlerie. Il se fait ainsi le fidèle rapporteur des remous historiques qu’il vit de l’intérieur. Attaché à la famille royale, il est un témoin avisé et sagace, il a ses entrées à la Cour et derrière les portes closes. Ces lettres permettent également d’entrer dans la mentalité des nobles de l’époque, montrant à quel point tous les émigrés n’étaient pas issus du même moule. Depuis les quatre coins d’une Europe qui vibre, Gaston de Lévis écrit l’histoire, en n’oubliant jamais le lieu où son cœur est en dépôt, auprès de « sa » Pauline.

S'identifier pour envoyer des commentaires.

Commentaires des lecteurs

8 octobre 2011

Gaston de Lévis, duc et pair de France, qui entrera à l’Académie Française en 1812, épousa Pauline d’Ennery en 1784. Les époux étaient très jeunes et furent contraints à de longues séparations entre 1784 et 1795. Pendant plus de dix ...

Lire la suite

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Claudine Pailhès