Culture impériale 1931-1961, Les colonies au coeur de la République
EAN13
9782746730496
ISBN
978-2-7467-3049-6
Éditeur
Autrement
Date de publication
Collection
Collection Mémoires (n° 102)
Nombre de pages
240
Dimensions
23,1 x 15,1 x 1,9 cm
Poids
365 g
Langue
français
Code dewey
325.3440904
Fiches UNIMARC
S'identifier

Culture impériale 1931-1961

Les colonies au coeur de la République

Dirigé par ,

Préface de

Autrement

Collection Mémoires

Offres

Depuis les conquêtes coloniales de la IIIe République, la France a fait entrer l'Empire dans sa culture, dans son quotidien. La conquête devient spectacle avec l'Exposition coloniale internationale de 1931. Progressivement, naît une solide fusion entre la République et son Empire. Depuis les années 1930, en passant par Vichy, l'Union française et les guerres coloniales, la culture impériale s'enracine dans la société française. Elle se renforce en se banalisant. Toutes les couches sociales, toutes les classes d'âge sont visées. Tous les régimes convaincus. S'il y a un continuum entre la France du Front populaire, celle de Vichy, la France gaulliste ou celle de la IVe République, c'est sans aucun doute autour de la question coloniale. La métropole est alors, en dépit de quelques voix dissidentes, imprégnée de près d'un siècle d'utopies coloniales. Au même moment, les conflits d'Indochine et d'Algérie, la présence d'une immigration nouvelle, les effets conjugués de la propagande et de la culture, sans oublier l'influence d'intellectuels et d'artistes, contribuent à façonner une France «nouvelle». Le choc est violent. La désillusion cruelle. Cinquante ans après les indépendances et soixante-cinq ans après la départementalisation des «vieilles colonies», on en est encore à chercher la vérité et le mensonge derrière une utopie républicaine qui n'a jamais su regarder en face son «action coloniale».

S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Didier Daeninckx
Plus d'informations sur Sandrine Lemaire
Plus d'informations sur Pascal Blanchard