Oeuvres complètes., Cahiers d'Ivry (Tome 1-Cahiers 233 à 309), Février 1947 - mars 1948
EAN13
9782070122585
ISBN
978-2-07-012258-5
Éditeur
Gallimard
Date de publication
Collection
Hors série Littérature (1)
Séries
Oeuvres complètes.
Nombre de pages
1168
Dimensions
25 x 16 x 3 cm
Poids
1081 g
Langue
français
Code dewey
848.912
Fiches UNIMARC
S'identifier

Cahiers d'Ivry (Tome 1-Cahiers 233 à 309)

Février 1947 - mars 1948

De

Autres contributions de

Gallimard

Hors série Littérature

Offres

Autres livres dans la même série

Tous les livres de la série Oeuvres complètes.

Les derniers Cahiers d'Ivry constituent la fin des Œuvres complètes d'Antonin Artaud. Ce volume [tome I] couvre la période qui s'étend de février à juin 1947. Inlassablement, il continue d'y mettre en espace ce qu'il nomme son nouveau Théâtre de la Cruauté. Que signifie avoir «un esprit qui littérairement existe» ? C'est la question qu'il posait à ses débuts à Jacques Rivière, le directeur de La NRF. Vingt ans plus tard, après une longue traversée d'enfermements asilaires, la question est réapparue. C'est bien en effet cette fondamentale question de l'inspiration - question qui hanta aussi les surréalistes - qu'il reprend sans relâche : comment commence-t-on à écrire ? Qui écrit, qui pense en moi ? Quel démon s'empare du Verbe humain avant qu'il ait commencé à penser ? Au fil des pages, les lettres se mettent en mouvement, un rythme progressivement émerge, accompagné de coups, de cris : chorégraphie de gestes et de voix, dessins semés sur la feuille. «Je ne suis jamais né», répète-t-il depuis son enfermement dans l'asile de Rodez, et donc je ne peux pas mourir. À entendre comme production infinie d'écriture, système perpétuel, «machine de souffle», prolifération sans fin d'un corps sans organes. C'est donc là, au creux des pages, entre les pages et les lignes, d'un cahier à l'autre, que s'opère «la matérialisation corporelle et réelle d'un être intégral de poésie» (lettre du 6 octobre 1946 à Henri Parisot).
Les derniers Cahiers d'Ivry constituent la fin des Œuvres complètes d'Antonin Artaud. Ce volume couvre la période qui s'étend de février à juin 1947. Inlassablement, il continue d'y mettre en espace ce qu'il nomme son nouveau Théâtre de la Cruauté. Que signifie avoir «un esprit qui littérairement existe» ? C'est la question qu'il posait à ses débuts à Jacques Rivière, le directeur de La NRF. Vingt ans plus tard, après une longue traversée d'enfermements asilaires, la question est réapparue. C'est bien en effet cette fondamentale question de l'inspiration - question qui hanta aussi les surréalistes - qu'il reprend sans relâche : comment commence-t-on à écrire ? Qui écrit, qui pense en moi ? Quel démon s'empare du Verbe humain avant qu'il ait commencé à penser ? Au fil des pages, les lettres se mettent en mouvement, un rythme progressivement émerge, accompagné de coups, de cris : chorégraphie de gestes et de voix, dessins semés sur la feuille. «Je ne suis jamais né», répète-t-il depuis son enfermement dans l'asile de Rodez, et donc je ne peux pas mourir. À entendre comme production infinie d'écriture, système perpétuel, «machine de souffle», prolifération sans fin d'un corps sans organes. C'est donc là, au creux des pages, entre les pages et les lignes, d'un cahier à l'autre, que s'opère «la matérialisation corporelle et réelle d'un être intégral de poésie» (lettre du 6 octobre 1946 à Henri Parisot).
Ces deux volumes des Cahiers d’Ivry (tome I, de février à juin 1947 ; tome II, de juin 1947 à mars 1948) constituent la fin des Œuvres complètes d’Antonin Artaud.

S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Antonin Artaud
Plus d'informations sur Évelyne Grossman