Une destination légèrement incertaine
EAN13
9782918135357
ISBN
978-2-918135-35-7
Éditeur
Éditions Dialogues
Date de publication
Collection
Littératures
Nombre de pages
353
Dimensions
1 x 0 cm
Poids
493 g
Fiches UNIMARC
S'identifier

Une destination légèrement incertaine

De

Éditions Dialogues

Littératures

Offres

Les scientifiques tentent sérieusement de comprendre la réalité, à tel point qu'ils ont le pouvoir de la transformer, aux dépens de l'humanité parfois. À travers un récit captivant, Anne-Marie Cambon rédige un scénario sur le mystère Majorana. Mais peut-on réellement en écrire la fin ?

Météore dans le ciel de la physique fondamentale des années 30, Ettore Majorana a disparu le 26 mars 1938, à 31 ans. Les raisons inconnues et les circonstances mystérieuses de sa disparition sont autant d’énigmes qui ont alimenté les légendes autour de celui que Fermi comparait à Galilée et à Newton. Nul ne doute que son génie effrayait et qu’il a vécu dans la plus grande solitude.
Si ses travaux prophétiques furent oubliés dans le vacarme d’une époque tragique, ils sont aujourd’hui au cœur des recherches sur le neutrino qui porte son nom, particule fantôme dont on est en droit de penser qu’il est une fenêtre sur le modèle à venir de la physique.
Aucun de ceux qui l’ont croisé n’a échappé à la fascination que font naître les ombres et les lumières de ce destin. Edoardo Amaldi, Erasmo Recami, Leonardo Siascia, Étienne Klein, Michel Serres, João Magueijo, philosophes, scientifiques, journalistes, tous ont leurs hypothèses sur cette disparition.
Le roman d’Anne-Marie Cambon, suivant ces pistes quelquefois contradictoires, évoque ce Rimbaud inquiet de la physique moderne, fulgurant et douloureux.

S'identifier pour envoyer des commentaires.

Commentaires des lecteurs

7 novembre 2011

Et si Einstein s'était trompé...

Un destin à multiples facettes autour duquel l'on peut tout imaginer. Qu'avait découvert Ettore Majorana ? En savait-il plus sur les postulats de la physique que ses contemporains ? L'on est véritablement happé par cette histoire construite comme un thriller. ...

Lire la suite

Anne-Marie Cambon nous parle de son livre "Une destination légèrement incertaine" (éditions Dialogues) dans l'émission Dialogues littéraires, réalisation : Ronan Loup.

Une destination légèrement incertaine

A propos du roman d'Anne-Marie Cambon, paru aux éditions dialogues le 17 novembre 2011. Article de Livres Hebdo (n° 884 du 4 novembre 2011) par Laurent Lemire.

Les génies fascinent les romanciers. Tout simplement parce que leur vie est souvent un roman. Il n'y a plus qu'à ajouter un peu de suspense, d'inattendu. Dans le cas d'Ettore Majorana (1906-1938), le mystère est déjà dans sa vie. Ce physicien surdoué qui avait quarante ans d'avance sur ses confrères est mort dans des conditions mystérieuses entre Palerme et Naples, au cours de la nuit du 27 et 28 mars. On n'a jamais retrouvé son corps, et les hypothèses les plus folles continuent de courir. Dépression extrême, retraite dans un monastère, enlèvement par les services secrets américains ou même suicide quantique dans une autre dimension. Tout est possible même l'impossible avec ce jeune physicien italien qui travaillait sur la structure de l'atome et la mécanique quantique avant de s'effacer à l'âge de 31 ans. [...]

Anne-Marie Cambon nous livre sa version de cet incroyable escamotage. En s'appuyant sur ce que l'on sait de cette vie tumultueuse, brève et brillante, cette professeure de lettres va un peu plus loin que les autres. Son hypothèse est romanesque. Mais ce que l'on apprécie dans ce roman, c'est sa façon de nous parler de la physique, de faire défiler les grands noms, les Fermi, Segrè et Heisenberg dans ces années 1930 où la montée du nazisme et du fascisme s'accompagnait de découvertes décisives dans le domaine de l'atome jusqu'à la possibilité de la fabrication d'une bombe.

Anne-Marie Cambon examine la psychologie de Majorana, du moins ce que l'on en sait. Elle s'appuie sur les études les plus pointues, elle cherche à comprendre à travers l'enquête de son militaire américain d'origine sicilienne, Ben Montalcini, ce qui se cache derrière cette fuite.
Nous sommes juste après la Seconde Guerre mondiale, en 1946, huit ans après la mort de Majorana. Ben accepte cette mission qui lui est confiée par le frère du physicien. Une histoire d'amour vient s'ajouter à l'investigation qui conduit à explorer les prises de position antisémites de Majorana lors de son voyage en Allemagne, en 1933. Il est aussi beaucoup question de fission nucléaire, de modèle atomique sur fond d'une Europe ravagée par la guerre, le racisme et l'extermination des juifs. Pas de doute, la science est un roman, et certains scientifiques des personnages véritablement extraordinaires.

Sans effet de style, avec ce qu'il faut de références et quelques notes discrètes, Anne-Marie Cambon nous raconte le mystère de ce Rimbaud du neutrino qui ne cesse de fasciner depuis plus de soixante-dix ans. Pour un premier roman, c'est une réussite !

Avec Anne-Marie Cambon
Le , Café de la librairie Dialogues

Météore dans le ciel de la physique fondamentale des années 30, Ettore Majorana a disparu le 26 mars 1938, à 31 ans. Les raisons inconnues et les circonstances mystérieuses de sa disparition sont autant d’énigmes qui ont alimenté les légendes autour de celui que Fermi comparait à Galilée et à Newton. Nul ne doute que son génie effrayait et qu’il a vécu dans la plus grande solitude.
Si ses travaux prophétiques furent oubliés dans le vacarme d’une époque tragique, ils sont aujourd’hui au cœur des recherches sur le neutrino qui porte son nom, particule fantôme dont on est en droit de penser qu’il est une fenêtre sur le modèle à venir de la physique.
Aucun de ceux qui l’ont croisé n’a échappé à la fascination que font naître les ombres et les lumières de ce destin. Edoardo Amaldi, Erasmo Recami, Leonardo Siascia, Étienne Klein, Michel Serres, João Magueijo, philosophes, scientifiques, journalistes, tous ont leurs hypothèses sur cette disparition.

Le roman d’Anne-Marie Cambon, suivant ces pistes quelquefois contradictoires, évoque ce Rimbaud inquiet de la physique moderne, fulgurant et douloureux.