Héritage, filiation, transmission, Configurations littéraires (XVIIIe-XXe siècles)
Éditeur
Presses universitaires de Louvain
Date de publication
Collection
Hors collections
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Héritage, filiation, transmission

Configurations littéraires (XVIIIe-XXe siècles)

Presses universitaires de Louvain

Hors collections

Offres

  • Aide EAN13 : 9782390610281
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    12.99

Autre version disponible

Pour l’individu comme pour la société, la question de l’héritage est au cœur
de la construction identitaire et des productions culturelles. L’héritage
désigne à la fois le legs lui-même et le processus incluant la filiation et la
transmission. En littérature, son traitement se révèle capital : on ne peut
écrire sans transmettre et, du même coup, on s’inscrit dans une filiation
quand ce ne serait que pour s’y inscrire en faux. Si l’Ancien Régime peut
apparaître comme stable sous cet angle, les Lumières et surtout le Romantisme
vont faire advenir, dans un certain tumulte, un mode paradoxal d’hériter.
L’autonomie croissante de l’individu s’accompagne désormais d’une fatalité
autre que celle du sang et des tares physiques ou sociales. Plus près de nous,
la compilation parfois douloureuse des héritages aboutira au « droit au
souvenir », voire au « devoir de mémoire », avant qu’un impératif de
créativité dans la résilience ouvre aussi, salutairement, le droit - fût-il
partiel ou temporaire - à l’oubli.

S'identifier pour envoyer des commentaires.