La Cathédrale de Rennes, VIe-XXIe Un panthéon religieux pour la Bretagne
EAN13
9782753517738
ISBN
978-2-7535-1773-8
Éditeur
Presses universitaires de Rennes
Date de publication
Collection
Beaux-livres
Nombre de pages
478
Dimensions
33 x 25 x 5 cm
Poids
3198 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

La Cathédrale de Rennes

VIe-XXIe Un panthéon religieux pour la Bretagne

Presses universitaires de Rennes

Beaux-livres

Offres

Parmi les cathédrales françaises, Saint-Pierre de Rennes est longtemps restée méconnue, sans doute parce qu'elle n'est pas gothique. Commencée au XIIe siècle, l'ancienne cathédrale fut en effet démolie en deux temps : la façade en 1533, la nef en 1754. La nouvelle façade classique à cinq ordres de colonnes, ponctuée de deux tours et portant les armes du royaume de France, fut achevée en cent soixante-dix ans (1541-1703). La nouvelle nef, un vaste sanctuaire néo-antique, fut conçue et bâtie par Mathurin Crucy en 1786. Interrompu en 1790, le chantier fut repris en 1821 et achevé par Louis Richelot qui en dessina le mobilier néo-classique. Sacré évêque de Rennes en 1841, puis archevêque en 1859, Mgr Brossays Saint-Marc s'accommodait mal de ce dépouillement : ultramontain, proche de Pie IX, il voulait une église romaine dans laquelle fût exhibé le panthéon chrétien de la Bretagne. Chargé d'exécuter ce dessein en 1846, Charles Langlois créa un écrin tapissé de stucs-marbres sous une voûte ornée de caissons réguliers dans lequel vint prendre place, entre 1868 et 1878, le programme décoratif préraphaélite et nazaréen des peintres Alphonse Le Hénaff et Simon Langlois. Dans la brillance de ses ors restitués en 2014, la cathédrale Saint-Pierre abrite une sublime lumière eucharistique. Nouvelle basilique paléochrétienne, elle conserve un discret air d'Italie qui porte sur ses murs la mémoire de la dévotion mariale au temps de Vatican I (1869-1870). La litanie de ses saints, le culte voué à sainte Anne sont les chapitres d'un livre ouvert sur l'histoire de la Bretagne. Après l'inauguration en 2019 de son trésor dont la pièce maîtresse est un exceptionnel retable anversois, elle est aussi un grand musée de l'art français et flamand.

S'identifier pour envoyer des commentaires.