Annee balzacienne 2021, n.22, De Balzac lecteur aux lectures du Cousin Pons
EAN13
9782130827641
ISBN
978-2-13-082764-1
Éditeur
Presses universitaires de France
Date de publication
Collection
ANNEE BALZACIEN
Fiches UNIMARC
S'identifier

Annee balzacienne 2021, n.22

De Balzac lecteur aux lectures du Cousin Pons

Presses universitaires de France

Annee Balzacien

Offres

Ce volumue de l'Année balzacienne offre une triple perspectivers sur les recherches balzaciennes récenters.

La première partie, « Balzac lecteur », croise sans réellement la recouper la question de « Balzac et la lecture », qui a souvent retenu l'attention de la critique. Une attention particulière a ainsi été portée sur la lecture des personnages, scène de genre du roman balzacien. La lecture se mue alors volontiers en discussions sur la poésie ou le romanesque. Mais tel n'est pas ici l'enjeu de ce numéro où il s'agit de voir comment la lecture participe à la création littéraire. À l'analyse des lectures anglo-saxonnes de Balzac, s'ajoute celle des lectures philosophiques, et des jeux intertextuels.

La seconde partie revient sur un roman un peu délaissé – jusqu'à ces dernières années – de la critique balzacienne, Le Cousin Pons, dans lequel Balzac, dans une période plus sombre de son histoire créative, semble déterminer à montrer les liens, qui nouent une soiécété malade. Le roman, par sa noirceur mais aussi par son sens du sublime, nous interpelle encore aujourd'hui et suscite même des débats passionnés. Le dossier replace l'œuvre dans les grandes problématiques de La Comédie humaine, avant d'étudier la question des modèles et de l'invention, puis celle du double.

À ces beaux dossiers qui ouvrent de nouvelles perspectives dans la recherche balzacienne s'ajoutent trois Varia, dont les auteurs, issus de trois continents différents, symbolisent la portée internationale de la revue : le dernier volet de la série d'articles de Thomas Welles Briggs sur l'incompréhensibilité balzacienne, l'article de Chia-Ping Kan sur « la folie et l'héroïsme chez Balzac » et l'article de Régine Borderie sur les « portraits balzaciens ».

Et l'on retrouve comme à l'accoutumée, toute la « Documentation » balzacienne, qui contribue à faire de L'Année balzacienne une revue internationale de référence (« Notes », « Revue critique », « Revue bibliographique », « Balzac à l'étranger », « Informations et nouvelles »), avec cette année des hommages importants à deux grands balzaciens disparus : Max Andréoli et Roland Le Huenen.

S'identifier pour envoyer des commentaires.