Le Nu féminin dans la peinture européenne – Tome 2
Éditeur
VisiMuZ Editions
Date de publication
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Le Nu féminin dans la peinture européenne – Tome 2

VisiMuZ Editions

Offres

  • Aide EAN13 : 9791090996625
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    10.99

Cet ouvrage est une étude historique du Nu féminin dans la peinture
européenne. Le lecteur est convié à un voyage à la fois sérieux et plaisant
dans l’histoire de la beauté, inséparable de l’Histoire tout court.

**Un voyage dans le temps et l'idée de la beauté.**

L'esprit de l’ouvrage repose sur deux piliers :

\- **le plaisir de regarder.** L’un des objectifs est de donner du plaisir à
regarder et à admirer ces compositions, ces dessins, ces couleurs, ces
modelés. « Le but de l'art, c'est la délectation. » a écrit Nicolas Poussin.
Nous avons voulu, contrairement à nos prédécesseurs, plus d’exhaustivité dans
l’iconographie. Aussi avons-nous inséré plus de 1350 illustrations (dont 550
dans ce tome 2). L'ouvrage que nous avons ici réalisé correspond ainsi à
quelque chose d’inédit.

\- l **es clés de lecture**. Daniel Arasse a écrit : « Que fait un tableau
classique ? Il transforme un texte de référence en image [...] On n'apprend
rien par une image. » Le plaisir est plus grand lorsqu’à celui de l'émotion se
mêle celui de la raison, et nous avons ajouté à cette fin de nombreux
commentaires.

Notre voyage dans les images est aussi un voyage dans les textes et la pensée
dominante de chaque époque, et dans la définition de la beauté. Nous avons
privilégié pour les chapitres un cheminement chronologique puis géographique.
Il ancre les nus par rapport à la personnalité des artistes, leur temps, leur
contrée et leur contexte. Quels en étaient les enjeux dans ces sociétés ? Les
spécificités des œuvres sont mieux mises en lumière, de même que les
personnalités des créateurs. Que seraient Botticelli sans les Médicis ou
Cranach sans Luther ?

• L’importance du sujet nous a conduit à découpler l’ouvrage en trois tomes,
qui comportent au total 10 chapitres :

1\. Aux origines de la représentation du nu

2\. Le nu dans la société du Moyen Âge

3\. Débuts de la Renaissance italienne et flamande

4\. Définir la beauté, de Savonarole et Alexandre VI à Luther et Clément VII

5\. Une parenthèse enchantée en Italie du Nord et en Allemagne

6\. Le Maniérisme (Florence, Fontainebleau, Anvers, Prague)

7\. Le nu catholique et la Contre-Réforme

8\. Le nu au XVIIe en terre protestante

9\. Quand le roi prime sur l'Église au XVIIIe

10\. Après la Révolution

Notre limite a été celle de la géographie. Cette histoire du nu est
circonscrite à notre culture européenne. Les nus de Boucher sont les
descendants directs de ceux de Rubens et Titien, mais ils n'ont rien en commun
avec les déesses de l'Asie, et ne partagent pas avec elles les mythes de Danaé
ou de Léda. Une autre limite est celle de la technique artistique. Malgré
quelques détours du côté du dessin, de l'enluminure ou de la sculpture, nous
avons concentré l’étude sur la peinture. Le sujet serait sinon devenu trop
vaste. Ce tome 2 comprend les chapitres 6,7 et 8.

S'identifier pour envoyer des commentaires.