Le trou identitaire, Sur la mémoire refoulée des mercenaires de l’Islam
Éditeur
Presses universitaires de France
Date de publication
Collection
Hors collection
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Le trou identitaire

Sur la mémoire refoulée des mercenaires de l’Islam

Presses universitaires de France

Hors collection

Offres

  • Aide EAN13 : 9782130827382
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    14.99

Autre version disponible

Le 16 octobre 2020, la décapitation de Samuel Paty, professeur d’histoire-
géographie dans un collège de banlieue parisienne, a constitué un nouveau cap
pour le contentieux terroriste islamiste en France, provoquant une sidération
générale. Treize jours plus tard, trois personnes perdaient la vie dans une
église à Nice et le Moyen-Orient s’embrasait jusqu’à livrer une guerre d’idées
à la France et à son Président, pour blasphème. Ces événements ont confirmé
pour l'auteure la nécessité de réhabiliter le cœur de ce que l'idéologie
islamiste tend à détruire : le sens des mots, du langage et donc de notre
humanité. Ce livre repense la crise de l’expression et du langage que
l’idéologie salafo-jihadiste met en lumière depuis son apparition sur le
territoire français. À partir de l'analyse de l'expression populaire « J'vous
l'jure sur le Coran de la Mecque », l'auteure dévoile l'existence d'une
béance, d'un trou identitaire. Son usage révèle une quête de référencement à
une culture mal connue mais également la béance existant entre un individu et
sa religion. Face à ce trou, des « entrepreneurs religieux », qu'ils soient
Frères musulmans, salafistes, tablighis ou jihadistes, ont investi le champ
laissé par ce qui n’a pas été inscrit dans le récit familial comme national.
L’islamisme masque les trous présents dans l’islamité fracturée et mal
représentée en France, dans l’arabité encore abimée par le passé colonial,
mais témoigne aussi d’un désir d’existence dans un monde ordonnancé par les
Autres. À défaut de pouvoir refermer le trou d’un passé meurtri, quelques
propositions tentent de dépasser la logique de haine associée à la mémoire du
monde arabo-musulman, pour reconstruire un espace où l’histoire et les mots se
réconcilient.

S'identifier pour envoyer des commentaires.