Soixante ans de journalisme littéraire (tome 2), Les Années Lettres Nouvelles (1952-1965)
Éditeur
MAURICE NADEAU
Date de publication
Langue
français
Langue d'origine
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Soixante ans de journalisme littéraire (tome 2)

Les Années Lettres Nouvelles (1952-1965)

Maurice Nadeau

Offres

  • Aide EAN13 : 9782862313221
    • Fichier PDF, avec Marquage en filigrane
    28.99

Succédant aux Années Combat (1945-1951), ce second tome de Soixante ans de
journalisme littéraire, Les Années Lettres Nouvelles (1952-1965), préfacé par
Tiphaine Samoyault, rassemble l’intégralité des textes littéraires de Maurice
Nadeau parus de 1952 à fin 1965 dans les journaux L’Observateur et L’Express,
Le Mercure de France, Les Temps Modernes et dans sa propre revue Les Lettres
Nouvelles. Soixante ans de journalisme littéraire (tome 2) relate un
itinéraire hors du commun où édition, journalisme littéraire et batailles
d’idées sont étroitement mêlés pour définir en creux une personnalité. Les
années Lettres Nouvelles c’est toujours Gide, Léautaud, Artaud, Aragon,
Breton, Giono, Leiris, Malraux, Céline, Cendrars, Sartre, Camus, Miller,
Blanchot, Genet, Beckett, Barthes, Bataille, Simon, Char ou Michaux, Faulkner,
Hemingway, mais aussi Queneau, Pasternak, Borges, Golding, Burroughs, Nabokov,
sans oublier les grands classiques, Sade, Machiavel, Rimbaud, Mallarmé,
Flaubert, Dostoïevski, Kafka, Musil, Melville. Un recueil où s’affirme, dans
la dénonciation de la torture en Algérie et la défense des écrivains contre
l’étouffoir stalinien, une puissance d’analyse littéraire et politique hors du
commun, durant ces années de la décolonisation, de la crise du stalinisme et
de l’avènement de la société de consommation. 1600 pages, index général,
sommaire des tomes 1 et 2 classé par auteurs, préface de Tiphaine Samoyault.
Maurice Nadeau (1911-2013) a commencé en 1945 sa carrière de journaliste à
Combat, le quotidien d’Albert Camus et Pascal Pia. Il y a dirigé une page
littéraire hebdomadaire de 1946 à fin 1951. Critique littéraire à l’Express
puis à France Observateur, il fut aussi directeur de collection chez Corrêa où
il a fait connaître Malcolm Lowry, Henry Miller et Laurence Durrell. Tout en
animant sa revue,"Les Lettres Nouvelles", de 1956 à 1976, il a poursuivi son
travail de découvreur chez Julliard (Bruno Schulz, Witold Gombrowicz, Georges
Pérec) puis chez Denoël (Walter Benjamin, Hector Bianciotti, Varlam Chalamov,
Angelo Rinaldi, Leonardo Sciascia) avant de fonder sa propre maison d’édition.
Il y a édité notamment parmi les plus connus, Thomas Bernhard, J.-M. Coetzee,
Soazig Aaron, Michel Houellebecq. Fondateur de la Quinzaine littéraire qu’il a
dirigé de 1966 jusqu’à sa mort en 2013, il a fédéré autour de lui un ensemble
de collaborateurs qui aujourd’hui animent collectivement la revue littéraire
en ligne "En attendant Nadeau".

S'identifier pour envoyer des commentaires.