Thérèse philosophe, ou Mémoires pour servir à l’histoire du Père Dirrag et de Mademoiselle Éradice
Éditeur
Flammarion
Date de publication
Collection
GF Flammarion
Langue
français
Langue d'origine
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Thérèse philosophe

ou Mémoires pour servir à l’histoire du Père Dirrag et de Mademoiselle Éradice

Flammarion

GF Flammarion

Offres

  • AideEAN13 : 9782081256903
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Copier/Coller

      Impossible

      Lecture audio

      Impossible

    6.99

  • AideEAN13 : 9782081256910
    • Fichier PDF, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Copier/Coller

      Impossible

      Lecture audio

      Impossible

    6.99

Autre version disponible

«Le seul ouvrage qui ait montré le but, sans néanmoins l'atteindre tout à fait ; l'unique qui ait agréablement lié la luxure et l'impiété, et qui donnera enfin l'idée d'un livre immoral » : c'est en ces termes que Sade, dans l'Histoire de Juliette, rend hommage à Thérèse philosophe. Paru anonymement en 1748, ce roman est un classique – sinon le classique – de l'édition clandestine d'erotica au XVIIIe siècle. Véritable best-seller de la littérature audacieuse, souvent attribué à Boyer d'Argens, il ouvre aussi de brûlants dossiers d'ordre religieux et moral, et l'on a pu soupçonner Diderot d'en être l'auteur. Prenant prétexte d'un fait divers – le procès qui opposa, en 1730, un jésuite à sa pénitente qui l'accusait de l'avoir débauchée –, il dénonce l'influence pernicieuse de la religion sur la santé des esprits, et revendique, par le « raisonnement» comme par l'« exemple», le droit des corps à disposer d'eux-mêmes. D'où l'inévitable question : 1748, année érotique, ou année théorique chaude pour la philosophie ? L'une ne va peut-être pas sans l'autre...

S'identifier pour envoyer des commentaires.