De l’imagination à l’entendement. La puissance du langage chez Spinoza , La puissance du langage chez Spinoza
EAN13
9782812403606
ISBN
978-2-8124-0360-6
Éditeur
Classiques Garnier
Date de publication
Collection
ANCIENS ET LES
Nombre de pages
394
Dimensions
24 x 16 x 2 cm
Poids
640 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

De l’imagination à l’entendement. La puissance du langage chez Spinoza

La puissance du langage chez Spinoza

De

Classiques Garnier

Anciens Et Les

Offres

Le langage n’est pas, comme le pensent bon nombre de philosophes à l’époque classique, le véhicule de nos erreurs et l’origine de tous les malentendus. Si les mots semblent parfois impropres à restituer nos idées et nos états d’âme, l’entendement, cette faculté de compréhension, en travaillant la langue et en la faisant partager, permet à chacun d’accéder à la puissance du langage. Puissance, et non pas pouvoir, joie de comprendre et de connaître et non pas tristesse née de l’ignorance et de l’oppression. Cet usage rationnel du langage doit être mis au service d’une liberté collective, d’un bien partagé et non pas accaparé par une autorité qui se fonderait sur une violence symbolique, religieuse ou politique. Délibérer, participer, exprimer une conviction et non une simple opinion : c’est à une appropriation citoyenne du langage que Spinoza invite son lecteur.

S'identifier pour envoyer des commentaires.

Avec Céline Hervet
Le , Café de la librairie Dialogues

Le langage n’est pas, comme le pensent bon nombre de philosophes à l’époque classique, le véhicule de nos erreurs et l’origine de tous les malentendus. Si les mots semblent parfois impropres à restituer nos idées et nos états d’âme, l’entendement, cette faculté de compréhension, en travaillant la langue et en la faisant partager, permet à chacun d’accéder à la puissance du langage. Puissance, et non pas pouvoir, joie de comprendre et de connaître et non pas tristesse née de l’ignorance et de l’oppression. Cet usage rationnel du langage doit être mis au service d’une liberté collective, d’un bien partagé et non pas accaparé par une autorité qui se fonderait sur une violence symbolique, religieuse ou politique. Délibérer, participer, exprimer une conviction et non une simple opinion : c’est à une appropriation citoyenne du langage que Spinoza invite son lecteur