Le tour de France des champions cyclistes
EAN13
9782841879472
ISBN
978-2-84187-947-2
Éditeur
Archipel
Date de publication
Collection
RECITS, TEMOIGN
Nombre de pages
261
Dimensions
22 x 14 x 0 cm
Poids
336 g
Langue
français
Code dewey
796
Fiches UNIMARC
S'identifier

Le tour de France des champions cyclistes

De

Archipel

Recits, Temoign

Offres

Autre version disponible

DU MÊME AUTEUR

La France vue du Tour, en collaboration avec Renaud de Laborderie et Éric Fottorino, Solar, 2006. Prix Blondin-Nissan 2007.

Antoine Blondin. Un singe en été, L'Équipe, 2005. Grand Prix de la littérature sportive 2006. Prix Blondin-Nissan 2006, Plume Francis-Huger, 2006.

Le Livre officiel du Tour de France, Solar, puis L'Équipe, de 1996 à 2006.

Guide touristique du Tour de France, en collaboration avec Janine Valentini et Serge Laget, Société du Tour de France, de 1994 à 2006.

Panorama du Tour de France, Société du Tour de France, de 1991 à 2006.

La Mémoire du Tour. Entretiens avec Christophe Penot, Cristel, 2001.

Fausto Coppi, Calmann-Lévy, 1997.

Vive le Tour, Scanéditions, 1993. Prix Lacoste.

Les Sommets du Tour de France, Solar, 1990.

L'Épopée du Tour de France. Souvenirs de Marcel Bidot, Olivier Orban, 1975 ; réédité par La Maison du Boulanger, Centre culturel de Troyes, 1996.

Histoires du cyclisme, en collaboration avec Robert Chapatte, Calmann-Lévy, 1966.

Un livre présenté par Dominique Grimault,
sur une idée de Roger Portmann.

Si vous souhaitez recevoir notre catalogue
et être tenu au courant de nos publications,
envoyez vos nom et adresse, en citant ce
livre, aux Éditions de l'Archipel,
34, rue des Bourdonnais 75001 Paris.
Et, pour le Canada, à
Édipresse Inc., 945, avenue Beaumont,
Montréal, Québec, H3N 1W3.

eISBN 978-2-8098-1208-4

Copyright © L'Archipel, 2007.

Préface

« Le môme vient d'entrer par la grande porte mais la sortie n'est pas loin et ce sera par l'escalier de service. » Cette réplique, digne des Tontons flingueurs et dont on jurerait qu'elle a été ciselée par Audiard, est pourtant parfaitement authentique. Elle désigne l'un de ces vingt champions du Tour dépeints par Jacques Augendre, personnages d'exception qui ont tous, à leur manière, façonné le mythe et poli la légende de la Grande Boucle.

Ces héros n'ont pas tous gagné le Tour, l'un d'entre eux – Raymond Poulidor, bien sûr –, n'a même jamais porté le maillot jaune, mais ils ont fait peut-être plus et mieux encore : ils ont, depuis sa reprise en 1947, illuminé l'épreuve par leur talent, par leur courage, par leur folie, parfois aussi par leur malchance. Ils nous ont étonnés, éblouis, attendris. Ils ont posé sur le Tour une empreinte indélébile. Ces champions viennent de la France et de ses régions, de ses terroirs, ou de pays limitrophes. Ils sont tous issus de pays où le cyclisme a des racines profondes.

Qui mieux que Jacques Augendre, témoin oculaire de quelque soixante années de joutes cyclistes, mémoire du Tour, pouvait ainsi nous entraîner dans l'univers merveilleux de la plus fascinante des sagas estivales de l'histoire du sport ?

Christian PRUDHOMME
Directeur du Tour de France

Avant-propos

Le Tour de France, c'est évidemment le Tour de la France. Et par conséquent le Tour des régions. À chaque province correspond un cyclisme spécifique. À chaque contrée s'attache le souvenir d'un fait d'armes. « Le Tour de France arpente la géographie et sa propre histoire le porte », écrivait Antoine Blondin.

La géographie du vélo a un sens. Elle obéit à des règles, elle perpétue des traditions, elle se nourrit d'exploits. Le maillot jaune revient à la Bretagne, qui nous a donné trois vainqueurs depuis la reprise de l'épreuve en 1947, après les années sombres de la guerre : Robic, Bobet et Hinault, trois hommes de caractère, trois personnages différents, mais qui ont en commun l'ardeur, la ténacité et le panache. Au cours de ses voyages dans l'Ouest, l'ancien président de la FFC, Achille Joinard, rappelait invariablement une formule qu'il affectionnait : « La bicyclette est fille des pays d'Armor. »

Par vocation, le Breton est pêcheur ou coureur cycliste. Son territoire incarne un cyclisme de choc, solidement charpenté. À l'opposé – géographiquement et fondamentalement – , la Provence et la Côte d'Azur nous suggèrent un cyclisme bon enfant, plus souriant et décontracté. L'un évoque les tempêtes de la pointe du Raz et l'odeur iodée du goémon ; l'autre, le soleil de la baie des Anges et le parfum discret de la lavande. Cependant, les Méridionaux ont activement participé, eux aussi, à l'épopée du Tour en apportant à la geste vélocipédique une fantaisie qui n'est pas incompatible avec les exigences de la compétition. Impossible de raconter la Légende des cycles sans citer Édouard Fachleitner, le « berger de Manosque », Lucien Teisseire, les frères Lazaridès, Raoul Rémy et, surtout, l'incontournable René Vietto qui aurait trouvé sa place dans un roman de Pagnol ou de Giono. Avant de disparaître, cet artiste du pédalage avait assisté, la mort dans l'âme, à la décomposition progressive du cyclisme azuréen. Un phénomène affligeant qui n'a pas d'explication formelle. Le Roi René estimait que l'on vit trop bien, sur la Promenade des Anglais ou sur la Croisette, pour pratiquer un sport aussi dur que le cyclisme. Peut-être n'avait-il pas entièrement tort.

De Nice à Bayonne et de Cannes à Biarritz, on passe de l'univers des grimpeurs à celui des routiers-sprinters. Le Sud-Ouest reste, par essence, la patrie des lévriers rapides aux arrivées. Exemples : Paul Maye, Roger Lapébie, Guy Lapébie, Albert Dolhats et André Darrigade, le sprinter n° 1 de l'histoire du Tour.

Si l'Aquitaine est le domaine des pur-sang, la Normandie constitue la terre d'élection des rouleurs avec, en tête, Jacques Anquetil, le plus grand de tous. Quant à l'Ile-de-France, qui regroupait autrefois les forces vives du cyclisme et possédait la plus importante concentration de champions, elle a perdu son hégémonie au profit de la province. Trousselier, Lapize, Christophe, Leducq, Speicher et les Pélissier étaient tous originaires de la capitale ou de sa banlieue. Comme Laurent Fignon, le dernier des Parisiens.

Dans cet ouvrage, nous avons rassemblé les vingt champions les plus prestigieux de l'épopée du Tour depuis 1947, choisis en fonction de leur palmarès, de leur influence et de leur personnalité. À ces athlètes qui ont été les ambassadeurs de leur région et qui ont brillamment représenté le cyclisme français, il nous a paru logique d'associer de grands coureurs étrangers qui se sont découvert des affinités avec la France et qui ont été proches de notre pays, au sens propre comme au sens figuré. Coppi, Bartali, Zoetemelk sont de ceux-là. Ce large panorama forme une galerie de portraits qui permet de vivre ou de revivre une aventure sportive incomparable.

René Vietto

Le Roi René

« Je partage la passion de Vietto qui a dit :
“Il faut aimer la bicyclette. C'est un objet d'art.” »

LOUIS NUCÉRA

Il parlait comme Raimu et racontait les histoires de vélo comme personne. Ou plus exactement, il les racontait à la manière de Pagnol, mais avec des images qui n'appartenaient qu'à lui.

René Vietto fut le chef de file incontestable et incontesté d'un monde disparu : le cyclisme azuréen. Une sorte de philosophe du sport. Un sage et un excentrique. Un comédien en représentation permanente. Un humoriste désabusé. Et surtout un sacré coureur. Sans doute l'un des meilleurs grimpeurs de la planète.

Vietto admirait l'ancien champion du monde Alfredo Binda. « Le plus grand de tous », selon lui. Binda représentait un cas d'exception. Les organisateurs du Giro le payèrent pour qu'il ne participe pas à leur épreuve en 1928, tant il avait écrasé la course l'année précédente en remportant douze des quinze étapes. Il reste à ce jour le seul routier professionnel crédité d'une prime de... non-départ.

Le jeune Cannois rêvait de marcher sur les traces de ce monstre sacré qui était son maître, son modèle et, pour tout dire, son idole. Il débuta chez les pros à dix-sept ans et côtoya les vedettes du peloton après avoir fréquenté les stars du spectacle, les princes et les princesses, lorsqu'il se flattait d'être le groom préféré des dames de la haute société, au Majestic de Cannes. Il aura connu la gloire à vingt ans. Et une popularité méritée qui résista à l'usure du temps.

Son odyssée commença en 1934. Meilleur grimpeur dans l'absolu et favori sentimental du grand public sur la route du Tour, il sacrifia ses chances en portant secours à Antonin Magne, leader désigné de l'équipe de France qui déte...

S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Jacques Augendre