La confession d'un voyou
EAN13
9782825142387
ISBN
978-2-8251-4238-7
Éditeur
Âge d'homme
Date de publication
Collection
ARCHI. SLAVE
Nombre de pages
104
Dimensions
19 x 13 x 0 cm
Poids
112 g
Langue
français
Langue d'origine
russe
Code dewey
891.714
Fiches UNIMARC
S'identifier
Indisponible

Sergueï Essenine (1895-1925) avait attendu de la révolution la mise en œuvre d’un messianisme romantique et surtout de la grande résurrection paysanne russe. Ses illusions déçues par l’évolution de plus en plus industrielle du régime, il devint l’animateur de la bohème décadente de Moscou et écrivit cette Confession d’un voyou qui le rendit plus populaire que Maïakovski et fit de lui l’un des plus grands poètes de la Russie.

Je ne regrette rien, ni appels, ni larmes,

Tout passera comme la blancheur des pommiers.

Saisi par l’automne d’or déclinant,

Ma jeunesse, comme tu es à jamais loin.

Tu ne battras plus comme autrefois,

Mon cœur pris, frissonnant aux premiers froids,

Et au pays des cierges des blancs bouleaux

Je n’irai plus me promener pieds nus.

Âme errante ! Toujours plus rarement

Tu attises la flamme de mes lèvres.

Ô ma fraîcheur perdue

Ô mes regards, mes élans, mes fièvres.

Chaque jour, plus sobre, moins désirant.

Ô ma vie, ne fut-elle qu’un rêve ?

Comme si, au printemps, à l’aube sonore,

Je galopais sur un coursier rose.

Nous sommes en ce monde tous mortels,

Vois couler le cuivre des érables…

Ah ! Que soit à jamais béni

Ce qui est venu fleurir et mourir.

S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Sergueï Aleksandrovitch Esenine
Plus d'informations sur Franz Hellens
Plus d'informations sur Marie Miloslawsky