Obscenia ou Lettre à la Présidente, suivi de Poésies érotiques
Éditeur
Éditions Dominique Leroy
Date de publication
Collection
L'Enfer de la Bibliothèque nationale de France
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Obscenia ou Lettre à la Présidente

suivi de Poésies érotiques

Éditions Dominique Leroy

L'Enfer de la Bibliothèque nationale de France

Offres

  • AideEAN13 : 9782866882198
    • Fichier PDF, libre d'utilisation
    • Lecture en ligne, lecture en ligne
    • Fichier Mobipocket, libre d'utilisation
    • Fichier EPUB, libre d'utilisation
    2.99

« Ô prodige ! notre donjuanisme fut bien humilié par cette rapidité de conquêtes. Chez ce peintre, je vis un très beau cul et une superbe motte dont je vous envoie la description ci-jointe... »
Théophile Gautier fréquentait le salon littéraire de Mme Sabatier. Les habitués la surnommaient « la Présidente ». Il prit l'habitude d'adresser régulièrement des petits billets d'humeur, drôles et coquins, à cette jeune femme.
En 1850, Théophile Gautier adressa à la Présidente, de Rome, une longue lettre bouffonne et obscène commentant ce que son ami Cormenin et lui avaient appris en matière de sexualité au cours de leur voyage. Elle la communiqua aussitôt à son cercle, et la missive fit le tour de Paris.
L'éditeur de la deuxième édition, publiée au Musée secret du roi de Naples confia « Ce chef-d'œuvre de langue crasse et colorée qu'un excès de pudibonderie a tenu si longtemps sous le boisseau, nous le donnons, pour la première fois, pour l'esbattement des pantagruélistes et non aultres, comme dit maître François. »
Ainsi nous pouvons constater l'éclectisme de cet écrivain, précurseur et maître de la poésie parnassienne, qui s'interrogeait en pensant à Lamartine, Hugo et lui : « Nous sommes de grands poètes, c'est entendu ; reste à savoir lequel de nous est le plus cochon ! »
Collection L'Enfer de la Bibliothèque nationale de France créée par J.-M. Lo Duca.
Livre numérique illustré, 52 pages, orné de 3 illustrations anonymes en hors-texte, couverture en couleurs. (Enfer de la BnF, cote n° 824)

S'identifier pour envoyer des commentaires.