Le cauchemar de Don Quichotte, sur l'impuissance de la jeunesse d'aujourd'hui
EAN13
9782841582631
ISBN
978-2-84158-263-1
Éditeur
Climats
Date de publication
Collection
CLIMATS NON FIC
Dimensions
21 x 14 x 1 cm
Poids
225 g
Code dewey
320.531
Fiches UNIMARC
S'identifier

Le cauchemar de Don Quichotte

sur l'impuissance de la jeunesse d'aujourd'hui

De ,

Climats

Climats Non Fic

Indisponible

Comment s'opposer au capitalisme, lorsqu'on s'accommode, jusqu'à la fascination, du genre d'existence qu'il procure et de ce qu'il a fait accomplir aux hommes ? La disparition, sous les coups de boutoir de l'industrie, des formes autonomes de production et d'échange ne semble poser aucun problème aux intellectuels «critiques» et aux jeunes qui les écoutent. Ils se féliciteraient presque de la dépendance quasi-totale de chacun vis-à-vis de l'appareil de production moderne. Ils ne voient pas le danger d'une évolution qui fragilise notre vie quotidienne, en nous mettant à la merci des fluctuations de l'économie et de processus sociotechniques sur lesquels nous n'avons aucune prise. Ils ne voient pas que cette évolution nous accule à la croissance perpétuelle de la production. La gauche persiste encore à promouvoir l'extension des «bienfaits de notre mode de vie» à l'ensemble de la planète. Sans voir que l'Économie apporte à de nouvelles contrées la participation forcée au désastre social et écologique. Dans l'immédiat, la question des conditions de vie ressurgit avec insistance, terrifiante et insoluble. Il ne s'agit pas d'assimiler tous ceux qui disent oeuvrer pour une «mondialisation plus humaine» aux partisans les plus fanatiques de l'ultralibéralisme. Mais il est crucial de souligner qu'il n'y a pas grand sens à plaquer une idéologie de fraternité universelle sur ce que nous sommes en train de faire du monde. La société non capitaliste, que tant de militants appellent de leurs voeux, pourrait bien ne pas être une société de confort et d'irresponsabilité généralisée - c'est-à-dire l'improbable extension à tous de la situation des privilégiés de notre société inique.

S'identifier pour envoyer des commentaires.